Nouveau pacte de trois ans pour le receveur gatinois

Deslauriers préfère le nid des Alouettes

Éric Deslauriers... (Bernard Brault, Archives La Presse)

Agrandir

Éric Deslauriers

Bernard Brault, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ses amis souhaitaient le revoir dans son patelin. Des partisans du Rouge et Noir aussi.

Mais Éric Deslauriers a décidé de rester dans le seul nid qu'il a connu jusqu'ici en huit ans dans la Ligue canadienne de football (LCF). Le receveur gatinois a accepté une prolongation de contrat de trois saisons chez les Alouettes de Montréal.

Un pacte qui a été conclu jeudi matin entre les deux parties, évitant que le joueur de 33 ans ne devienne agent libre en février prochain.

«Quand j'étais plus jeune, j'ai toujours voulu jouer à Ottawa, a avoué Deslauriers en entrevue avec LeDroit. Mais quand je suis arrivé dans la Ligue canadienne (en 2007), Ottawa n'avait plus d'équipe. Les Alouettes sont devenus mon équipe. Ils m'ont toujours traité avec respect et je suis heureux de rester à Montréal pour quelques années.»

Deslauriers sait que la fin approche. «C'est peut-être mon dernier contrat», a-t-il avoué.

«Je serai content de finir avec Montréal, a-t-il ajouté quelques secondes plus tard. De nos jours, c'est rare de pouvoir dire que tu passes ta carrière au complet au sein de la même équipe. Tu vois souvent les joueurs passer d'une équipe à l'autre.»

Deslauriers a été un choix de première ronde des Alouettes en 2006. Il a disputé ses premiers matches la saison suivante après une participation au mini-camp des Steelers de Pittsburgh, dans la NFL.

Le produit des Myers Riders d'Ottawa a remporté la coupe Grey à deux reprises en plus de disputer 105 parties en carrière. Sa meilleure partie de la saison dernière est survenue en finale de l'Est contre Hamilton, captant cinq passes pour des gains de 40 verges.

L'athlète de 6' 4'' et 206 livres aurait pu obtenir plus de temps de jeu ailleurs dans la LCF, dont chez le Rouge et Noir qui a un criant besoin de receveurs canadiens. C'est probablement une des raisons pourquoi Montréal lui a offert le contrat le plus long de sa carrière.

Les éloges du dg

«Je suis un peu surpris que ça se soit passé si vite et qu'on me garde pour trois ans», a confié Deslauriers.

«Éric est un joueur d'équipe incroyable, a dit le directeur général des Alouettes, Jim Popp, dans un communiqué de presse.

«Il a beaucoup sacrifié et toujours accepté de jouer le rôle qu'on lui a demandé tout au long de sa carrière. Il est le joueur qui insuffle de l'énergie à l'équipe. Très peu de joueurs ont l'habileté de capter l'attention de leurs coéquipiers et de leur faire monter leur jeu d'un cran comme le fait Éric.»

Quant au Rouge et Noir, il pourrait toujours se rabattre sur Samuel Giguère, des Tiger-Cats de Hamilton, ou Brad Sinopoli, des Stampeders de Calgary, deux receveurs canadiens susceptibles de devenir joueurs autonomes dans deux mois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer