Les Carabins arrachent la Coupe Vanier

Les Carabins ont soulevé la coupe Vanier pour... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Les Carabins ont soulevé la coupe Vanier pour la première fois de leur histoire.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Daigle
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Mathieu Girard a bloqué la cinquième tentative de placement du match de Tyler Crapigna avec 51,7 secondes à faire pour préserver la mince avance d'un point des Carabins de l'Université de Montréal, qui ont remporté la première coupe Vanier de leur histoire grâce à gain de 20-19 aux dépens des Marauders de l'Université McMaster.

Jonathan Boissonneault-Glaou a récupéré le ballon qui virevoltait sur le terrain du stade Percival-Molson de l'Université McGill, semant l'hystérie parmi les 22 649 spectateurs venus assister à cette 50e finale du football universitaire canadien.

«J'ai bloqué le botté, mais ce n'est pas moi qui ai donné la victoire à l'équipe, a insisté Girard, qui a disputé son dernier match dans l'uniforme des Bleus. Tout le monde a poussé dans le même chemin, (...) on a poussé ensemble.»

«On avait pratiqué une façon de bloquer le placement, a expliqué Danny Maciocia, qui est devenu le premier entraîneur-chef à remporter la coupe Vanier et la coupe Grey. On a été capable de l'exécuter. C'est certain que moi, ce que j'ai pensé à ce moment-là, c'est qu'on leur concédait trois points et qu'on reprenait le ballon avec une quarantaine de secondes à faire, en espérant inscrire un autre placement.

«Une fois qu'on l'a bloqué par contre, là je me suis dit qu'il fallait penser à terminer le match sans redonner le ballon aux Marauders, en jouant le plus conservateur possible.»

C'est un placement de 13 verges de Louis-Philippe Simoneau, son deuxième du match, avec 2:45 à faire au quatrième quart, qui a donné pour la première fois de la rencontre l'avance aux Montréalais, qui ont comblé un retard de neuf points pour l'emporter. Il avait inscrit les premiers points des siens sur un placement de neuf verges au premier quart. Philip Enchill et Sean Thomas Erlington ont marqué les touchés des vainqueurs.

Wayne Moore a inscrit le seul touché des Marauders, sur une spectaculaire course de 50 verges.

Tirant de l'arrière 19-10 au début du quatrième quart, les Carabins ont inscrit 10 points sans réplique. Thomas Erlington a d'abord rapproché les siens à deux points à l'aide d'un touché sur une course de trois verges et de la conversion, avant que Simoneau ne donne les devants aux siens. Régis Cibasu, joueur offensif du match avec six passes captées pour 90 verges, a donné le ton à cette poussée en captant une passe de 32 verges pour positionner les Carabins à la ligne de 3 des Marauders.

«C'est le jeu du match, a noté Maciocia. Sans cet attrapé, on ne revient peut-être pas dans le match.»

Mais les Marauders n'avaient pas dit leur dernier mot. Ils ont ramené le ballon jusqu'à la ligne de 24 des Carabins. Crapigna, qui avait réussi ses bottés sur des distances de 22, 35, 43 et 29 verges jusque-là, a vu sa tentative bloquée par le geste héroïque de Girard.

Crapigna aurait égalé la marque du plus grand nombre de placements réussis en finale s'il avait converti sa tentative, une marque que se partagent quatre botteurs.

Première demie à oublier

Les Carabins ont été incapables de générer une poussée offensive digne de ce nom en première demie, qui s'est soldée par la marque de 13-3. Les Marauders leur ont pourtant offert une chance en or de prendre les devants alors que la marque était de 6-0 pour les Ontariens au deuxième quart. Après une pénalité pour ne pas avoir respecté l'immunité sur un dégagement, les Carabins ont pu récupérer le ballon à la ligne de 39 des Marauders, mais après avoir progressé jusqu'à la ligne de deux verges de leurs rivaux, ils ont été limités au placement de Simoneau.

Gabriel Cousineau, le quart le plus précis du football universitaire canadien cette saison, n'a pas été en mesure de compléter 50 pour cent de ses passes dans cette demie (7 en 15) et n'a récolté que 75 verges par la voie des airs. Il a cependant connu une bien meilleure deuxième demie pour terminer la rencontre avec 17 passes complétées en 33 tentatives, pour des gains de 196 verges et un touché.

Louangée toute la semaine, la ligne à l'attaque des Carabins n'a pas affiché la même étanchéité qu'à l'habitude, laissant Cousineau être rejoint six fois derrière sa ligne de mêlée, dont cinq fois au premier quart.

Les joueurs ont toutefois été en mesure de se regrouper à la mi-temps et dès le botté d'envoi, les unités spéciales des Carabins ont fait perdre le ballon à Isaiah Mels. Après que Jean-Christophe Touchette l'eut récupéré à la ligne de 42 des Marauders, Cousineau a envoyé une passe de neuf verges à Enchill dans la zone des buts pour faire 13-10.

Crapigna a repris six de ces sept points avec deux placements avant la fin de la troisième période, avant que les Carabins ne réussissent leur retour historique.

«C'est ça, les Carabins. On a cru toute l'année en nous et ça a été la même chose aujourd'hui, a déclaré Anthony Coady, joueur défensif du match avec deux interceptions. Même à 19-10 et un quart à faire, on savait qu'on allait l'emporter.»

Avec cette victoire des Carabins à leur première présence à la grande finale du football universitaire canadien, la coupe Vanier demeure donc au Québec, puisque le Rouge et Or de l'Université Laval avait remporté le trophée en 2012 et en 2013. En 2012, la troupe de Glen Constantin avait vaincu les Marauders 34-14, un an après un revers crève-coeur en deuxième prolongation, 41-38, contre ces mêmes Marauders.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer