«Mes racines sont ici»

Originaire de Stittsville, Justin Phillips devait jouer un... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Originaire de Stittsville, Justin Phillips devait jouer un rôle important chez le Rouge et Noir cette saison. Mais une blessure l'a tenu à l'écart du jeu presque toute la saison.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Justin Phillips espère que son passage dans son patelin ne sera pas de courte durée. Le capitaine des unités spéciales du Rouge et Noir tient à demeurer à Ottawa.

«J'aimerais bien m'entendre avec la direction sur les termes d'un contrat à long terme. Mes racines sont ici et je tiens à aider cette ville à se doter d'une équipe gagnante», a soutenu le secondeur de 29 ans, dimanche, en ramassant ses effets personnels à la Place TD.

L'équipe d'expansion a complété sa première saison avec une fiche décevante de 2-16.

Seulement quatre parties

Phillips, lui, n'a participé qu'aux quatre premières parties. Il a passé plusieurs semaines en fauteuil roulant puis appuyé sur des béquilles après s'être fracturé le péroné gauche à la mi-juillet à Hamilton.

Le numéro44 tentait alors de bloquer un adversaire sur un retour de botté des Tiger-Cats.

«Ma rééducation se déroule bien. J'ai rencontré le médecin il y a deux semaines. Les béquilles ont pris le bord. Et en décembre, on va me retirer des vis dans la jambe. Je pourrai alors recommencer à courir, a affirmé Phillips, dont le contrat vient à échéance après la saison 2015.

«Je serai fin prêt en vue du prochain camp d'entraînement.»

Rien n'empêche le Rouge et Noir de le retrancher dans les prochains mois.

On s'attend à ce qu'il reste cependant puisque l'équipe a conclu une transaction l'hiver dernier afin de mettre la main sur ce vétéran de huit saisons dans la LCF.

Phillips, originaire du secteur Stittsville, avait demandé aux Stampeders de Calgary de l'échanger à Ottawa. Son voeu avait été exaucé en retour d'un choix de troisième ronde au repêchage de 2015.

Dès son arrivée dans la capitale, il a représenté l'organisation dans diverses activités communautaires.

Son absence prolongée sur le terrain s'est fait cruellement sentir au sein des unités spéciales qui ont connu quelques soirées difficiles.

Ottawa a égalé un record de médiocrité de la Ligue canadienne en accordant six touchés sur des retours de botté en 2014.

«Nous avons été dans le coup dans plusieurs parties. Je crois que nous nous dirigeons dans la bonne direction, a affirmé Phillips.

«Il suffit d'ajouter quelques morceaux et d'apprendre de nos erreurs. J'aime bien notre personnel d'entraîneurs. J'ai le sentiment que nous serons nettement plus compétitifs la saison prochaine.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer