Est-ce que la NFL s'intéresse à Pruneau?

En coulisses, on murmure que le footballeur québécois... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

En coulisses, on murmure que le footballeur québécois Antoine Pruneau pourrait intéresser la NFL.

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La progression fulgurante de la recrue Antoine Pruneau ne retient pas seulement l'attention à travers la LCF. On chuchote en coulisse que des équipes de la NFL pourraient éventuellement lui faire signe.

Ça ne surprendrait nullement son ancien entraîneur chez les Carabins de Montréal, Danny Maciocia, qui a longtemps dirigé dans les rangs pros. «Il est loin d'avoir atteint son apogée. Ce jeune a du potentiel comme vous ne pouvez pas vous imaginer, a-t-il dit, hier, durant un entretien téléphonique avec LeDroit.

«S'il continue à s'améliorer de cette façon, il pourrait probablement obtenir une invitation à un mini-camp d'une équipe de la NFL, a ajouté l'ancien coach des Eskimos d'Edmonton. Il n'y a pas beaucoup de jeunes qui courent comme lui. Il a quelque chose qu'on ne peut pas enseigner... la vitesse. Quand tu le regardes couvrir le terrain, tu réalises que c'est un joueur spécial. C'est aussi un bon étudiant. Une bonne tête de football.»

Maciocia l'a dirigé pendant trois saisons chez les Carabins, de 2011 à 2013. Pruneau aurait pu revenir à Montréal pour une dernière saison cet automne.

Mais le choix de première ronde du Rouge et Noir, quatrième au total au dernier repêchage, s'est taillé un poste à Ottawa. Auteur de 66 plaqués, il a été nommé hier recrue par excellence au sein de l'équipe cette saison.

On lui accorde de bonnes chances d'être nommé recrue par excellence dans la division Est la semaine prochaine.

Un rôle clé

Pruneau a entamé la saison en tant que maraudeur substitut. Après quelques semaines, la direction de l'équipe l'a muté au poste de secondeur. On l'utilise du côté large, une responsabilité réservée habituellement à des vétérans, voir des joueurs américains.

«J'ai passé 14 ans dans la Ligue canadienne de football et je n'ai pas vu beaucoup de Canadiens jouer à ce poste», a souligné Maciocia.

Ses adjoints et lui ont une bonne part de responsabilités dans les succès du joueur québécois. La philosophie défensive de l'équipe a changé, il y a quelques années.

«En le mettant dans la position de «sam linebacker», nous l'avons obligé de jouer contre la course tout en l'obligeant de couvrir les meilleurs receveurs insérés. Ça lui a donné de la visibilité. Ça l'a bien préparé aussi pour jouer au prochain niveau, a dit Maciocia au sujet de Pruneau.

«Nous savions qu'il avait le talent pour jouer au prochain niveau.»

Aujourd'hui, leur ancienne vedette leur donne raison. Pariez un petit deux que le Rouge et Noir cognera à la porte des Carabins dans les prochaines années afin de savoir si un autre diamant de la sorte se cache quelque part à l'Université de Montréal.

Surtout que le directeur général Marcel Desjardins et l'entraîneur-chef Rick Campbell connaissent bien Danny Maciocia.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer