Un anniversaire à oublier pour Gavins

Le demi défensif du Rouge et Noir Jerrell... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le demi défensif du Rouge et Noir Jerrell Gavins (derrière), qui connaît une excellente saison, a écopé de punitions stupides qui se sont avérées coûteuses dans la défaite des siens vendredi.

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il n'y a pas eu de gâteau de fête. Encore moins de cadeaux ou de célébrations.

Ce fut tout sauf un anniversaire de naissance mémorable pour Jerrell Gavins. Le demi défensif du Rouge et Noir a eu 25 ans, vendredi dernier. Une journée marquée par une défaite de 23-17 aux mains des Alouettes de Montréal.

Surtout, l'athlète floridien a connu un de ses pires débuts de matches de la saison. Il a notamment écopé de trois pénalités coûteuses lors des 20 premières minutes de jeu.

La première a mené au premier touché des Alouettes. Puis, il a été puni pour conduite antisportive.

«C'était quand même une partie divertissante. Nous aurions pu la gagner. J'ai eu tout de même du plaisir», a-t-il noté.

Intensité

Gavins a été un des rouages importants de la surprenante défensive du Rouge et Noir en 2014. Quatrième joueur mis sous contrat dans la jeune histoire du club d'expansion, il s'est retrouvé au sein de l'alignement partant dès le premier match.

«Nous serons plus gros, plus rapides et plus affamés la saison prochaine, a promis Gavins, auteur de 60 plaqués.

«Nous allons prendre notre place dans la division Est.»

À 5'8» et 178livres, il ne s'avère pas le plus imposant demi défensif de la LCF. En revanche, l'intensité n'a jamais fait défaut chez lui.

«Je proviens d'une grande famille. J'ai quatre soeurs et un frère. Plusieurs de mes oncles ont joué au football à l'école secondaire. Ils étaient comme moi, petits, mais arrogants sur les bords. J'ai toutefois appris de leurs erreurs afin de me rendre jusqu'ici.»

Gavins adore ses nouveaux coéquipiers. Surtout ceux en défensive.

«Il y a une attitude positive contagieuse. Nous avons une bande de gars qui adorent frapper et provoquer des revirements. Tout le monde veut intercepter le quart adverse et dire sa façon de penser à l'adversaire.»

Ça donne du football spectaculaire. Gavins, lui, compte deux interceptions en 16 parties. Chaque fois lors de joutes face aux Blue Bombers de Winnipeg.

«Je me compte tellement heureux d'avoir abouti à Ottawa, a rappelé le jeune homme, qui n'avait pas été recruté par les formations de la NCAA à sa sortie de l'école secondaire.

«J'avais dû aller dans un collège. Après un an, l'université Boise State m'a offert une bourse d'études et j'ai enfin obtenu l'occasion de me faire valoir.»

D'ailleurs, le Rouge et Noir semble être devenu un refuge de prédilection pour des anciens joueurs de Boise State. Il en compte quatre dans ses rangs.

En plus de Gavins, on retrouve Jon Gott, Brandyn Thompson et DJ Harper.

mcomtois@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer