Marcel Desjardins voulait «plus de victoires»

Les Lions de la Colombie-Britannique ont planté le... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Les Lions de la Colombie-Britannique ont planté le dernier clou dans le cercueil du Rouge et Noir d'Ottawa, samedi avec une écrasante victoire de 41-3.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Marcel Desjardins s'avère un directeur général très déçu ces jours-ci.

Son Rouge et Noir a vu ses minces espoirs de participer aux éliminatoires de la LCF s'envoler en fumée samedi lors d'une autre défaite. Un revers de 41-3 aux mains des Lions de la Colombie-Britannique durant lequel son équipe a été limitée à des gains de 243 verges.

Que le club d'expansion rate les éliminatoires ne s'avère pas une surprise. Qu'il ne montre que deux gains en 14 parties, c'est une histoire bien différente.

Les attentes étaient plus élevées, surtout avec un quart-vedette en place.

« Ce n'est pas du tout ce que nous avions envisagé, a avoué Desjardins, hier matin, assis à son bureau de la Place TD.

« Je suis déçu du nombre de victoires, a-t-il dit au journaliste du Droit. Nous aurions dû en avoir quelques-unes de plus. »

Et n'allez pas lui parler de malchance ou de mauvais sort qui s'acharne sur le Rouge et Noir.

« Les bonnes équipes créent leur propre chance, a rappelé Desjardins en sortant ce cliché. Il y a plusieurs matches que nous aurions pu gagner. Nous étions en bonne position tard lors de ces matches, mais nous avons été incapables de tirer avantage de la situation. C'est aussi simple que ça. »

Est-ce la faute de la jeunesse, de l'inexpérience du Rouge et Noir ?

Ce serait l'excuse facile. Une excuse derrière laquelle Marcel Desjardins refuse de se cacher.

« Ce ne sont pas juste de jeunes joueurs qui ont commis des erreurs. Des vétérans aussi, a fait valoir le dg.

« Si on réglait un problème à un certain endroit, il y en avait un autre qui ressortait dans le match. »

Il reste quatre parties au Rouge Noir avant de clore le calendrier régulier, dont deux à domicile. Les Alouettes de Montréal et les Tiger-Cats de Hamilton visiteront la capitale, les 24 et 31 octobre respectivement.

La saison prendra fin le 7 novembre à Toronto contre les Argonauts. Les prochaines semaines seront une occasion pour évaluer des joueurs qui ont patiemment attendu leur tour jusqu'ici au sein de l'équipe d'entraînement. Ou pour ces nouveaux visages débarqués la semaine dernière.

Déjà, le Rouge et Noir a pu jeter un coup d'oeil sur le porteur de ballon et spécialiste des retours de botté, Roy Finch. Mis sous contrat il y a huit jours, il a affronté les Lions durant le week-end.

Peut-être verra-t-on un peu plus de Danny O'Brien, le quart substitut à Henry Burris. Il a été lancé dans la mêlée pendant quelques séquences offensives lors du dernier match.

Burris n'a récolté que 143 verges par la passe dans cette joute.

« Ce sera la même chose que la semaine dernière. Nous avons pris des décisions en nous demandant qui nous donnent la meilleure chance de gagner. Nous allons continuer de faire ça, a soutenu Desjardins.

« Est-ce qu'il pourrait y avoir des changements cette semaine ? Absolument. Ça sera déterminé par les blessures et comment les entraînements se dérouleront. »

Le Rouge et Noir pourrait devoir se tourner vers Philippe Dubuisson-Lebon, vendredi à Hamilton, puisque ses deux centre-arrières sont blessés. Patrick Lavoie n'a pas effectué le voyage à Vancouver tandis que John Delahunt n'a pas complété le match.

mcomtois@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer