Des vignobles de l'Oregon à la Place TD

Le botteur Zach Ramirez croit que la LCF... (Étienne Ranger LeDroit)

Agrandir

Le botteur Zach Ramirez croit que la LCF est la vitrine idéale pour se faire remarquer des équipes de la NFL.

Étienne Ranger LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La semaine dernière, Zach Ramirez se trouvait à genoux, travaillant dans un vignoble de l'Oregon. Quelques jours auparavant, il était ailleurs dans un champ, à cueillir des légumes.

Hier, l'entreprise familiale spécialisée dans l'agriculture a pris le bord. Le botteur américain se trouvait à Ottawa dans le but d'impressionner la grosse gomme du Rouge et Noir.

L'équipe l'a mis sous contrat lundi. Elle veut voir ce dont il est capable.

Car sur les réseaux sociaux, ces dirigeants ont déjà vu cette vidéo de Ramirez réussissant des placements de 60 et 70 verges. Mais ça, c'est sans des adversaires de 300livres qui se ruent vers lui.

«J'espère obtenir l'occasion de montrer ce dont je suis capable», a soutenu Ramirez, heureux d'obtenir une occasion de renouer avec le football.

«Mon amie de coeur blague que je suis parti en vacances, que ce n'est pas un travail de jouer au football», a-t-il ajouté.

Visiblement, ça lui manquait ce sport. Surtout qu'il était passé à un cheveu d'obtenir le poste de botteur chez les Packers de Green Bay en 2013. L'équipe de la NFL a finalement décidé de retenir les services du vétéran Mason Crosby.

«J'ai été retranché lors du dernier jour du camp d'entraînement», a raconté Ramirez.

Puis 2014 est arrivé. Une année qui a commencé avec une présence au mini-camp du Rouge et Noir à Richmond, en Virginie.

«J'ai eu ensuite quelques essais ici et là dans la NFL lors des derniers mois avec les Jets, les Chiefs et les Browns», a-t-il énuméré.

Quand on ne lui a pas offert de poste, ce fut direction vers l'Arena Football League. «À Portland au sein de l'équipe de ma ville natale», a-t-il ajouté.

Zach Ramirez s'est amusé. Maintenant, le Rouge et Noir pourrait s'avérer la vitrine dont il a besoin pour obtenir un nouvel appel d'une formation de la NFL.

Mais pour y arriver, il devra déloger le botteur actuel de l'équipe.

Brett Maher a été tantôt superbe, tantôt frustrant. S'il montre la deuxième meilleure moyenne (46,8 verges) par bottés de dégagement, il possède en revanche la pire moyenne de réussite de placements. Il a atteint la cible que 22 fois sur 29 tentatives.

L'autre statistique intéressante?

Maher n'a réussi que deux placements de 40 verges et plus en 13 parties.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer