Les Gee Gees piétinés 83-27 à London

L'équipe de football universitaire a subi la pire défaite... (Photo Simon Séguin-Bertrand, Le Droit)

Agrandir

L'équipe de football universitaire a subi la pire défaite de sa longue et glorieuse histoire, cet après-midi à London.

Photo Simon Séguin-Bertrand, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

On croyait avoir tout vu la saison dernière. On pensait que les Gee Gees d'Ottawa ne pouvaient pas encaisser de pires coups de pied. On s'était trompé.

L'équipe de football universitaire a subi la pire défaite de sa longue et glorieuse histoire, cet après-midi, à London. Un revers de 83-27 contre les Mustangs de Western, une formation classée troisième au pays.

«Je m'en fous si c'est le plus grand nombre de points que notre équipe a alloué au fil des ans, a soutenu l'entraîneur-chef Jamie Barresi durant une entrevue téléphonique, deux heures après ce revers.

«Ce que je craignais avant le match s'est produit. Nous avons plusieurs joueurs blessés. Nos jeunes sont talentueux, mais ils doivent jouer amochés. C'est difficile dans ce temps-là de partir sur une belle lancée.»

Le meilleur receveur des Gee Gees, Simon Le Marquand, n'avait pas fait le voyage. Il manquait aussi cinq partants en défensive. Le plaqueur étoile Ettore Lattanzio a entamé le match, mais il n'a pu le compléter.

«C'est une bête sur le terrain. Il cause des maux de tête aux autres équipes. Le résultat final n'aurait peut-être pas changé avec lui, mais l'histoire du match aurait été différente», a rappelé Barresi.

Le coach insistait sur un point. Il estimait que les Gee Gees (2-2) étaient dans le coup après les 20 premières minutes de jeu. C'était seulement 27-17 en faveur de Western (4-0), qui avait marqué 50, 71 et 53 points à ses trois sorties précédentes.

«Nous nous sommes battus, mais les blessures ont fini par nous rattraper, a rappelé Barresi.

«Ça peut sembler étrange, mais j'ai vu plusieurs choses encourageantes dans cette partie, a-t-il soutenu durant l'entretien. Nous avons écopé de beaucoup moins de pénalités que lors des matches précédents.»

Il reste que les chiffres ont de quoi faire peur. Et visiblement, ce ne sont pas les Gee Gees de jadis.

Ottawa, qui a souvent misé sur de solides défensives dans le passé, a alloué 743 verges à l'adversaire, dont 424 au sol. L'attaque a échappé le ballon à trois reprises et le quart Aaron Colbon a été victime de deux interceptions.

«Ça importe peu que le score de la défaite soit 28-27 ou 83-27. Il faut faire un meilleur travail à protéger le ballon et éviter les revirements, a dit Barresi.

«Nous ne resterons pas accrochés à ce score, a affirmé pour sa part le secondeur Marc-Antoine Laurin, auteur de sept plaqués. Nous passons à autre chose. Nous avons des joueurs qui reviendront au jeu. Nous sommes confiants de terminer la saison en force.»

Les Gee Gees ne l'auront pas facile à nouveau le week-end prochain. Ils recevront la visite de Queen's, numéro deux au Canada.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer