• Le Droit > 
  • Sports > 
  • Football 
  • > Victoire de 34-10 des Gee Gees à leur premier match dans leur nouveau stade 

Victoire de 34-10 des Gee Gees à leur premier match dans leur nouveau stade

Les Gee Gees ont inauguré leur nouveau stade... (Photo Simon Séguin-Bertrand, Le Droit)

Agrandir

Les Gee Gees ont inauguré leur nouveau stade construit au coût de huit millions $ en bordure du Queensway, près de l'avenue Lees, en gagnant 34-10 contre les Blues de Toronto.

Photo Simon Séguin-Bertrand, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Deux pages d'histoire du football universitaire dans la capitale nationale ont été tournées en même temps samedi après-midi, mais à des endroits différents.

Où commencer?

Par l'Université d'Ottawa. Ses Gee Gees ont disputé un premier match local sur le campus depuis les années 1950. Ils ont inauguré leur nouveau stade construit au coût de huit millions $ en bordure du Queensway, près de l'avenue Lees, en gagnant 34-10 contre les Blues de Toronto.

Tout ça devant une salle comble de 3900 spectateurs, dont le premier ministre Stephen Harper qui était accompagné de ses gardes du corps.

«Un premier ministre à un de nos matches, ce n'est quand même pas rien, a lancé le plaqueur Marc-Antoine Brunette après le gain des siens.

«Il nous a même rendu visite avant la partie dans le vestiaire. J'ai pu lui serrer la main.»

Il fallait voir la binette de l'ancien joueur des Griffons du Cégep de l'Outaouais. Le gars était heureux.

«Ce fut une journée extraordinaire. C'était plein dans le stade. L'ambiance était cool et c'était ma première partie sur la ligne défensive après avoir joué au sein de la ligne offensive l'an dernier. Je vais me souvenir durant toute ma vie de ce match.»

La victoire fait oublier le début de saison désastreux de 2012.

Les Gee Gees avaient entamé le calendrier régulier avec cinq défaites consécutives, ce qui avait mené au congédiement de l'entraîneur-chef Gary Etcheverry. Chassés du stade Frank-Clair en raison de travaux de rénovation, ils ont été obligés de disputer leurs matches locaux dans un champ au milieu de nulle part près de Carleton Place, à une cinquantaine de minutes de route au sud-ouest d'Ottawa.

«C'était loin, vraiment loin. Là, on se sent chez nous ici. La foule est plus animée. Il y a une grosse différence», a soutenu le spécialiste des retours de botté, Vincent Campbell.

L'équipe a maintenant gagné deux de ses trois premières parties cette année dans la conférence ontarienne. Son quart-arrière Aaron Colbon a connu une de ses meilleures sorties en carrière samedi, complétant 32 de ses 44 passes pour 523 verges et trois touchés.

Andrew Mullings et Nicholas Dagher ont été ses deux cibles favorites, captant respectivement 10 et huit passes pour des gains de 192 et 139 verges. Le demi Brendan Gillanders a amassé 102 verges au sol.

«En tant que coach, tu n'es jamais satisfait, a soutenu le nouvel instructeur-chef, Jamie Barresi. Nous avons écopé encore une fois de trop de pénalités. C'était un problème la semaine précédente et j'avais abordé la question avec les joueurs. Qu'est-ce qui arrive? Nous entamons ce match-ci avec quatre pénalités lors des cinq premières minutes. Je suis très déçu. Il faudra prendre certains moyens à l'interne pour régler ça.»

Un ancien quart vedette des Gee Gees, Barresi était heureux par contre de la victoire pour les dirigeants de l'Université d'Ottawa. Ces derniers planchaient depuis une dizaine d'années sur le dossier d'un stade sur le campus.

«Ils attendaient ce jour depuis très longtemps. Ils ont réalisé tout un travail. Nous avons un beau terrain et des bureaux incroyables juste à côté. J'ai travaillé pendant plusieurs années chez les pros et je peux dire que certaines équipes n'avaient pas de pareilles installations.»

Moment spécial aussi à Carleton

Ce n'était pas seulement jour de fête à l'Université d'Ottawa. Ça faisait du bruit aussi à une quinzaine de minutes de route plus loin. Plus précisément au stade Keith-Harris. On y présentait la première joute locale de l'université Carleton après une absence de 15 ans dans la ligue de football universitaire canadienne.

Il y avait beaucoup de monde, environ 4500 amateurs. Ils ont vu les Ravens se faire déplumer 47-8 par les Warriors de Waterloo. La semaine précédente, l'équipe de première année avait encaissé un revers de 71-4 à Western.

Le receveur Kyle Van Wynsberghe a inscrit samedi le premier touché de l'histoire de la nouvelle génération des Ravens.

Carleton et l'Université d'Ottawa vont s'affronter le mois prochain, le 5 octobre, lors de la renaissance du match de la Panda, qui avaient fait courir les foules au parc Lansdowne notamment durant les années 1980.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer