Deslauriers s'en voulait

Éric Deslauriers (avant-plan) a capté une passe du... (La Presse)

Agrandir

Éric Deslauriers (avant-plan) a capté une passe du quart-arrière Anthony Calvillo à 18 verges de la ligne des buts des Argonauts. Sauf que le demi de coin des Argonauts, Pacino Horne, lui a arraché le ballon sur un jeu controversé.

La Presse

Partager

(MONTRÉAL) Quand les Alouettes ont repêché Éric Deslauriers en première ronde en 2006, ils voyaient en lui un futur receveur vedette canadien. Un gars capable de réussir des jeux importants.

Le joueur gatinois n'a jamais rempli les promesses, étant relégué surtout aux unités spéciales et à un rôle de réserviste en attaque. Sauf qu'hier, il avait une chance en or d'aider son équipe à créer l'égalité au dernier quart de la finale de l'Est.

Du haut de ses 6'4'' et 206 Livres, Deslauriers a capté une passe du quart-arrière Anthony Calvillo à 18 verges de la ligne des buts des Argonauts. Sauf que le demi de coin des Argonauts, Pacino Horne, lui a arraché le ballon sur un jeu controversé, freinant la séquence offensive montréalaise.

Ce fut un des quatre revirements commis par les Alouettes. «C'est sûr que ça n'aide pas tous ces revirements», a avoué Deslauriers en marchant vers le vestiaire des siens.

Ce dernier s'en voulait. Et ça paraissait dans le visage de l'homme de 31 ans. «Je reçois la balle deux ou trois par année... Je n'ai pas le droit d'échapper le ballon comme ça», a-t-il dit.

L'entraîneur-chef Marc Trestman a contesté le jeu. La séquence a été décortiquée par les responsables vidéos de la LCF, qui ont maintenu la décision prise par les officiels sur le terrain. «Je pensais bien que j'avais un genou au sol, a plaidé Deslauriers.

«Mais je n'ai rien d'autre à dire, sauf que c'est de ma faute si j'ai perdu le ballon.»

Les coéquipiers du vétéran de six saisons se sont portés à sa défense. Tout comme à celle de Brian Bratton, qui a échappé une passe dans la zone des buts qui aurait créé l'égalité avec moins d'une minute à écouler au match. «C'était un jeu important, mais nous avons raté plusieurs autres opportunités», a rappelé Calvillo, entouré de journalistes.

La déception était palpable chez Éric Deslauriers. Il y avait aussi de l'inquiétude.

Plus de détails dans LeDroit du 19 novembre 2012 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer