À la barre des Gee Gees

Des anciens veulent le retour de Ring

Larry Ring a été entraîneur-chef des Gee Gees... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Larry Ring a été entraîneur-chef des Gee Gees entre 1991 et 1997. Il a mené l'équipe à trois championnats consécutifs de la défunte conférence Ontario-Québec et à une participation à la coupe Vanier, en 1997.

Archives, LeDroit

Partager

Les Gee Gees d'Ottawa pourraient rapatrier un de leurs anciens entraîneur-chefs dont le premier séjour avait été marqué par plusieurs championnats, mais aussi par du tumulte hors du terrain.

Le nom de Larry Ring, qui avait dirigé l'équipe de football de 1991 à 1997, circule de plus en plus en coulisse afin de succéder à Gary Etcheverry, congédié il y a un mois. LeDroit a appris que des anciens joueurs tentent de le convaincre de soumettre sa candidature pour le poste vacant.

Cet ancien choix au repêchage des défunts Rough Riders d'Ottawa serait en réflexion selon des sources. Ring occupe en ce moment la présidence du Conseil de développement économique d'Orléans.

Le directeur du service des sports de l'Université d'Ottawa, Luc Gélineau, a confirmé lui avoir parlé à quelques reprises. « Mais je ne peux pas dévoiler la teneur de nos discussions », a-t-il soutenu.

Ce dernier a refusé de dire si l'ancien coach était un candidat. Il a rappelé que le poste était affiché jusqu'au 30 novembre et que Ring suivait encore les activités des Gee Gees puisque sa fille s'avère une joueuse au sein de l'équipe de basket-ball.

La formation de football a raté les éliminatoires pour la première fois depuis 21 ans, terminant la dernière saison avec un dossier de 2-6.

En 1991, Larry Ring avait pris en main une équipe en déroute, un peu comme celle en place. Il avait réussi à remettre sur pied les Gee Gees, les menant à trois titres consécutifs de la défunte conférence Ontario-Québec et une participation au match de la coupe Vanier, finale du football universitaire canadien en 1997.

Une belle fiche

Sous son règne, le programme de football a conservé une fiche de 43-27-1. En revanche, sa dernière saison en poste avait été ternie par des suspensions à deux joueurs pour usage de stéroïdes anabolisants. L'entraîneur avait clamé à l'époque ne pas être au courant de la situation.

Puis l'université avait découvert, une fois la saison terminée, que deux athlètes n'étaient pas admissibles au point de vue académique pour jouer avec l'équipe. Cette infraction avait valu plusieurs sanctions aux Gee Gees, dont une amende et l'interdiction d'être hôte de joutes éliminatoires pendant deux ans. Dans ce cas-ci, il s'agissait d'une erreur administrative de l'université.

Oeuvrant avec un budget restreint et désirant de consacrer plus de temps à sa jeune famille, Ring avait démissionné avant la saison 1998. Il a été impossible d'obtenir hier un commentaire de sa part.

Depuis son départ, six différents entraîneurs se sont succédé à la barre des Gee Gees.

Plusieurs personnes auraient manifesté de l'intérêt dans les dernières semaines pour le poste. Sans mentionner de noms, Luc Gélineau a noté qu'un entraîneur d'une équipe de la Ligue canadienne de football (LCF) et un autre d'une formation universitaire canadienne étaient du lot.

Un candidat potentiel pourrait être le coordonnateur offensif des Lions de la Colombie-Britannique, Jacques Chapdelaine, qui a déjà dirigé le Rouge et Or de l'université Laval. Il écoule la dernière année de son contrat et il a déjà manifesté son désir de se rapprocher du Québec.

L'hiver dernier, Chapdelaine était passé à un cheveu d'accepter l'offre des Gaiters de Bishop avant de décider de demeurer une saison de plus à Vancouver. Un de ses fils, Justin, s'avère un receveur étoile chez les Golden Gaels de Queen's qui évoluent dans la même conférence que les Gee Gees.

mcomtois@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer