Bérubé va crier au lieu de nager

La nageuse Camille Bérubé... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

La nageuse Camille Bérubé

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Camille Bérubé s'en voulait au lendemain de sa seule course aux Jeux paralympiques, à Rio.

La nageuse de Gatineau a terminé neuvième lors des préliminaires au 100 m brasse. « J'étais si près de participer à la finale », a-t-elle noté au bout du fil.

Seulement les détenteurs des huit meilleurs chronos passaient au tour suivant.

« J'étais déçue de mon temps. Mais je me dis que je n'ai eu que 17 jours vraiment pour me préparer. Donc, ce n'est pas si mal que ça. »

Bérubé a appris à la fin août qu'elle participerait aux Jeux. L'exclusion des athlètes russes a permis au Canada d'élargir les rangs de son équipe de natation.

Il s'agit d'une deuxième aventure paralympique pour la jeune femme âgée de 21 ans. Elle était du rendez-vous à Londres. « J'ai obtenu un meilleur classement qu'il y a quatre ans, a noté Bérubé qui n'avait pu faire mieux que le 11e rang en 2012. Je m'en vais dans la bonne direction », a-t-elle ajouté.

Dans les prochains jours, on la reverra dans la piscine, mais seulement pour des séances d'entraînement. « En guise de support à mes coéquipiers qui vont se préparer pour leurs courses », a expliqué Bérubé. On la verra aussi dans les estrades lors des finales. « Je serai celle qui est debout et qui va crier comme une folle ! »

Bérubé n'aura pas de pancartes par contre. « Mais je vais porter mes vêtements aux couleurs du Canada. J'aurai aussi un petit ruban dans mes cheveux avec des feuilles d'érable... J'ai aussi des boucles d'oreille rouges. »

Et les tatouages temporaires dans tout ça ?

« Ça, je garde ça pour les relais à la fin », a-t-elle indiqué en riant.

Bérubé ne possède qu'un but en tant que spectatrice. « Revenir au pays en n'ayant plus de voix », a-t-elle lancé en riant de nouveau.

Une dernière question s'imposait avant de mettre fin à l'entrevue. Elle concernait son avenir dans l'eau. Camille Bérubé a répété qu'elle n'arrêtera pas de nager. Qu'elle compte être du rendez-vous paralympique de 2020, à Tokyo.

« Tant que le corps et l'esprit suivent », a-t-elle précisé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer