Celui qui s'inspirait d'une épée norvégienne

Maxime Brinck-Croteau, Eleanor Harvey, Joseph Polossifakis et Maximilien... (Archives, La Presse)

Agrandir

Maxime Brinck-Croteau, Eleanor Harvey, Joseph Polossifakis et Maximilien Van Haaster représenteront le Canada en escrime aux Jeux olympiques de Rio.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a 15 mois, Maxime Brinck-Croteau est sorti de nulle part pour terminer deuxième aux championnats panaméricains. L'escrimeur de Gatineau espère en faire de même aux Jeux olympiques.

« Je vais prier le matin et espérer que tout va bien aller cette journée-là », dit-il avec son sens de l'humour habituel.

Dans son cas, le tournoi à l'épée masculine est prévu le 9 août.

Une journée qui réservera son lot de surprises si le passé est garant de l'avenir.

Brinck-Croteau aime citer l'exemple de Bartosz Piasecki, un escrimeur norvégien qui a remporté la médaille d'argent, il y a quatre ans, à Londres. Il lui sert d'inspiration.

« Le gars n'avait jamais rien fait avant les Jeux et il n'a rien fait après. Mais pendant une seule journée, il a battu les meilleurs au monde, souligne-t-il.

«Je suis un négligé. Un gars heureux d'être là et qui a faim.»

Puis la route vers le podium s'avère nettement plus courte aux JO. C'est loin d'être aussi complexe que les championnats du monde et les étapes de la Coupe du monde qui peuvent réussir entre 200 et 300 épéistes.

«Aux Jeux, nous serons seulement 38. Il n'y a pas de ronde préliminaire. Un excellent tireur peut perdre son premier match et c'est fini. La pression est énorme sur les favoris.»

Pas d'attentes

Des attentes, il n'y en a aucune envers Brinck-Croteau, qui s'est fait oublier pendant trois ans et demi. Il avait pris le chemin de la Chine en 2011 afin de préparer sa qualification olympique, laissant derrière lui sa famille, ses amis et un emploi.

À l'époque, le diplômé en génie informatique était classé sixième meilleur épéiste au pays. Un bel espoir dans les rangs juniors, son séjour chez les seniors était marqué par du surplace.

«J'ai besoin de ce changement. Je vais juste penser à l'escrime, rien d'autre», avait-il dit à l'époque.

Une décision qui a été payante, même s'il a dû se débrouiller par les moyens du bord à son arrivée, se rappelle-t-il.

Brinck-Croteau a dû apprendre le mandarin. Son entraîneur peinait à coller quelques mots d'anglais.

«Que ce soit des Chinois ou des Canadiens, personne n'aurait été capable de nous comprendre», blague l'athlète âgé de 30 ans. 

Son retour en Amérique a été marqué par sa médaille d'argent surprise aux championnats panaméricains malgré une infection à la plante du pied gauche. Une deuxième place qui l'a aidé grandement en route vers sa qualification olympique.

Brinck-Croteau s'est expatrié à nouveau à la veille des Jeux. Il se trouve depuis deux semaines à New York à tirer contre des épéistes américains, coréens et japonais.

«Je reviens à Toronto pour faire du lavage et je pars ensuite vers Rio», lance-t-il en riant à nouveau.

Retrouvailles

Car la capitale ontarienne s'avère son nouveau domicile. Il s'entraîne au club Vango en plus de diriger de jeunes espoirs.

Un club dans lequel il a retrouvé son premier entraîneur à Gatineau, Michel Dessureault.

L'homme qui avait invité un journaliste du Droit à surveiller un jeune épéiste bourré de talent en 1999. Un dénommé Maxime Brinck-Croteau, qui allait gagner, deux ans plus tard, une première médaille à une compétition multisports, l'argent aux Jeux du Québec à Rimouski.

Est-ce que l'histoire se répétera 15 ans plus tard, mais cette fois-ci aux Jeux olympiques ?

D'ici le 5 août, LeDroit publiera quotidiennement des reportages sur les athlètes de la région qui participeront aux Jeux olympiques, à Rio. Certaines de ses vedettes sportives parleront de leurs attentes, d'autres de leur enfance, leur parcours ou même de leurs superstitions. 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer