Boucher finalement parmi les étoiles

Même s'il a été un des meilleurs frappeurs... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Même s'il a été un des meilleurs frappeurs de la Ligue Can-Am dans les huit dernières années, Sébastien Boucher participera à un premier Match des étoiles en carrière à Ottawa le 25 juillet prochain.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il a frappé pour une moyenne supérieure à ,300 dans six de ses huit saisons dans la Ligue Can-Am.

En carrière, dans la boîte des frappeurs, Sébastien Boucher affiche une moyenne de ,318. Il a même remporté un championnat des frappeurs en 2014 alors qu'il avait frappé en lieux sûrs dans ,366 de ses présences au bâton avec les Capitales de Québec.

Le voltigeur des Champions d'Ottawa possède six bagues de championnats de la Ligue Can-Am à son actif. Comme standard d'excellence, il est difficile de faire mieux. Et pourtant, le Gatinois n'a jamais participé à un Match des étoiles depuis le début de sa carrière professionnelle !

La donne va enfin changer cette année. L'athlète de 35 ans a appris mercredi qu'il participerait au prochain Match des étoiles du baseball indépendant chez lui, à Ottawa, le 25 juillet prochain. Il aura quand même fallu une blessure au voltigeur Jon Smith des Boulders de Rockland pour lui ouvrir la porte. Boucher sera le quatrième joueur des Champions à prendre part aux festivités. Les lanceurs Phillippe Aumont, Daniel Cordero et le receveur Danny Grauer seront aussi de la partie.

« Ça va être mon premier Match des étoiles à vie ! J'imagine que c'est bon de connaître le gérant », a blagué Boucher jeudi en faisant allusion à Hal Lanier qui dirigera les étoiles de la Can-Am contre celles de l'Association américaine.

L'ancien espoir des Mariners de Seattle avait beau plaisanter, il reste qu'il connaît une autre bonne campagne avec une moyenne au bâton de ,309. Il n'a donc pas volé sa place parmi les étoiles. Autre fait à noter, Boucher avait déjà été invité à participer à deux Matches des étoiles dans la Can-Am, mais il a poliment décliné chaque fois.

« En 2011, j'avais dit non en raison de la naissance de mon premier garçon. En 2014, je voulais aussi profiter de la petite pause pour passer du temps en famille. Là, je suis à la maison ici. C'est facile de dire oui. J'allais participer au match comme entraîneur, mais ça va être plus plaisant d'y être comme joueur. C'est plus spécial de prendre part à ce match près de la maison. Cette sélection est valorisante. »

Le coach va bien aussi

Encore plus valorisant, Boucher peut se montrer targuer du travail qu'il accomplit comme entraîneur des frappeurs des Champions. Collectivement, l'équipe ottavienne frappe pour ,299 cette saison. C'est énorme comme amélioration par rapport à l'année dernière.

« Nous avons tenu des rencontres il y a quelques semaines pour parler des matches que nous perdions à partir de la septième manche. Oui, nous avions des problèmes avec nos lanceurs de relève, mais il fallait contrôler ce que nous pouvions. Offensivement, notre travail était de produire des points. Nous avons fait cela dernièrement. »

Autre facteur non négligeable, Boucher a toujours cru que les Champions formaient une meilleure équipe cette année que celle qui a gagné le championnat de la Can-Am l'an dernier.

« Du premier au neuvième frappeur, nous pouvons faire beaucoup de dommage. Il s'agit d'y croire. Avec notre relève qui est plus solide, notre recul dans le classement ne représente plus une montagne. Nous sommes à deux matches d'une place dans les séries. Il nous reste beaucoup de temps. Si nous jouons comme nous en sommes capables, à la fin de la saison, nous allons être là. »

Grâce à ses enseignements, plusieurs frappeurs des Champions connaissent des progressions fulgurantes. Danny Grauer, par exemple, est passé d'une moyenne de ,196 en 2016 à ,318 en 2017 pour devenir un receveur étoile. À l'arrêt-court, Daniel Bick est passé de ,205 à ,278. Le voltigeur Matt Helms a quant à lui fait passer sa moyenne de ,247 à ,297.

« Ce sont tous des ajustements que nous avons apportés. Nous avions commencé à travailler avec Grauer à la fin de la dernière saison et il a mis les bouchées doubles à l'entraînement cet hiver. Il a amélioré son jeu dans tous les aspects pour devenir une étoile. »

Voilà quelques bonnes nouvelles pour celui qui sera pressenti pour remplacer Hal Lanier comme prochain gérant des Champions quand ce dernier serait prêt à tirer sa révérence.

Gain convaincant de 8-2 contre les MIners de Sussex

Tout baigne chez les Champions d'Ottawa.

Jeudi soir, au parc RCGT, ils ont balayé une deuxième série consécutive avec une victoire convaincante de 8-2 face aux Miners de Sussex. Ce septième triomphe de suite a égalé un record d'équipe en plus de ramener les Champions (23-29) à seulement deux matches des Miners (24-26) et d'une place dans les séries.

Dire qu'avant cette séquence heureuse, ils se trouvaient à huit matches des Miners au quatrième rang de la Ligue Can-Am...

Devant 2292 spectateurs attirés par la première promotion de l'année des « jeudis hot-dogs à 1 $ », les locaux ont rapidement mis le match hors de portée des visiteurs.

Après deux manches, c'était déjà 6-0 pour les hommes de Hal Lanier. Puis, en troisième manche, Gustavo Pierre a frappé un circuit monstrueux par-dessus la clôture du champ gauche en plein milieu du chemin Coventry. Sa claque de deux points portait la marque à 8-0. « Je ne pense pas avoir frappé une balle aussi loin de ma vie ! J'ai de la puissance dernièrement. Je suis confiant au bâton. Je vois bien la balle. Je fais de bons contacts », a dit le joueur dominicain rendu à cinq circuits en 2017.

Au monticule, Daniel Cordero (5-3) a fait le travail pour conserver son coussin jusqu'en sixième manche où il a accordé ses deux seuls points. Jared Price et Noah Gapp ont combiné leurs efforts dans les trois dernières manches pour préserver la victoire.

Au bâton, Sébastien Boucher, Ricky Oropesa, Tyson Gillies et Gustavo Pierre ont tous connu des soirées de deux coups sûrs.

« Encore une fois, nous avons atteint la dizaine de coups sûrs (11) ce soir. Boucher et Steve Nyisztor ont produit deux points chacun avec des coups sûrs opportuns pour nous donner un coussin dès la deuxième manche. Cordero a lancé des balles de feu jusqu'à 95 miles à l'heure. Il a très bien fait », a souligné Lanier après la victoire.

Ce dernier se réjouissait pour les partisans du club.

« Nous frappons bien, nos lanceurs vont bien et notre défensive va bien. Nous étions loin des séries la semaine passée, mais c'est notre façon de jouer maintenant qui compte », a-t-il ajouté.

Les Champions, qui détiennent maintenant la plus longue séquence de victoires de la Ligue Can-Am cette saison, tenteront d'ajouter une huitième victoire de suite vendredi alors qu'ils accueilleront les Capitales de Québec. Matt Tulley (0-1) sera sur la butte pour amorcer cette série de trois matches.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer