Le ciel tombe sur la tête des Champions

Dans une véritable comédie d'erreurs, les Champions étaient... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Dans une véritable comédie d'erreurs, les Champions étaient en train d'offrir le match en cadeau à leurs adversaires avant que le pluie s'amène.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quelle ironie. Il a fait beau tout l'été. Les Champions d'Ottawa ont disputé leur deuxième saison dans la Ligue Can-Am de baseball indépendant sous un beau soleil.

Le ciel attendait le début des séries éliminatoires pour leur tomber sur la tête.

Aux environs de 21h15, mercredi, l'officiel a renvoyé les Champions et les Jackals du New Jersey aux douches. Il tombait alors des cordes sur le parc RCGT.

Quarante-cinq minutes plus tard, puisque la situation ne s'améliorait pas, les officiels ont choisi de «tirer la plogue». Le match sera complété plus tard.

De toutes façons, le spectacle sur le terrain était encore plus laid que la météo.

Dans une véritable comédie d'erreurs, les Champions étaient en train d'offrir le match en cadeau à leurs adversaires.

Il restait un retrait à compléter dans la première moitié de la septième manche. Les Jackals menaient 10-2.

«Ça ne veut pas dire que tout est fichu. Nous devrons compléter cette partie jeudi. Personne ne sait vraiment comment ça va se passer jeudi. Le baseball est un sport imprévisible. Et même si on finit par perdre le match numéro un de la série, nous aurons la chance de disputer le match numéro deux. C'est une série trois de cinq. Il peut s'en passer, des choses, dans une série trois de cinq», philosophait le gérant d'Ottawa, Hal Lanier, en fin de soirée.

On l'avait déjà vu plus fâché après des matches moins importants.

Une avalanche de problèmes

On le répète. Mercredi, tout a mal tourné pour son équipe.

Les Champions étaient dans le coup pendant quatre manches.

En cinquième, avec deux retraits, une erreur bête du troisième but d'Ottawa Donal Duarte a permis au New Jersey de prendre les devants.

En sixième, c'est le voltigeur de gauche Matt Helms qui a gaffé pour permettre aux visiteurs d'ajouter d'inscrire deux point de plus.

En septième? Plus rien ne fonctionnait. Austin Chrismon, le lanceur de l'année dans la Can-Am, a frappé le mur. 

Appelé en relève, le droitier Randy Hamrick n'a pas été capable de replacer les choses.

Ce n'était pas beau.

«Austin a quand même bien lancé. Il a accordé un peu plus de coups sûrs que d'habitude, mais les Jackals possèdent une bonne équipe. Que ce match nous serve de leçon. Nous ne pouvons pas nous permettre de commettre des erreurs contre eux. Ils vont en profiter. Ils ont gagné 62 parties en saison régulière en profitant des erreurs de leurs adversaires», croit Lanier.

Des estrades bien tranquilles

Au moins, les gradins du parc RCGT n'étaient pas remplis. Les craintes de la direction des Champions s'étaient matérialisées. Après avoir attiré près de 8000 spectateurs au stade pour le dernier match de la saison régulière, lundi, ils ont joué devant des gradins largement dégarnis, mercredi.

Il y avait quand même quelques spectateurs de renom. L'entraîneur-chef d'Équipe Canada à la Coupe du monde de hockey, Mike Babcock, était présent. Il était flanqué de ses adjoints Joel Quenneville, Barry Trotz, Bill Peters et Stéphane Waite.

Le match numéro un sera donc complété jeudi, à compter de 17h.

En principe, le match numéro deux suivra aux environs de 19h.

L'ennui, c'est que les prévisions météo ne sont pas très bonnes. La pluie pourrait encore une fois gâcher la fête.

Dans le pire des scénarios, les Jackals et les Champions se retrouveront vendredi soir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer