Bitten heureux d'aboutir à Montréal

Le Franco-Ontarien William Bitten a été repêché par... (Bruce Bennett, AFP)

Agrandir

Le Franco-Ontarien William Bitten a été repêché par le Canadien de Montréal, samedi à Buffalo.

Bruce Bennett, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Buffalo) William Bitten n'a pas mis de temps à gagner des points auprès des nombreux médias montréalais qui couvraient le repêchage samedi.

S'ils ont dû patienter un bout de temps avant qu'il se présente dans la salle d'entrevue après sa sélection en troisième ronde (70e au total) par les Canadiens, il s'est repris immédiatement en répondant d'abord aux questions en français, puis en disant que son joueur favori est Brendan Gallagher.

L'attaquant franco-ontarien des Firebirds de Flint avait déjà de bonnes histoires à raconter sur sa saison bizarre avec son club junior, qui a congédié deux fois ses entraîneurs avant de voir son propriétaire être suspendu. Et il y a aussi le fait que ses deux parents, Mike Bitten et Doris Piché (originaire de La Sarre, en Abitibi), ont participé aux Jeux olympiques en badminton. Beaucoup de bonne copie, quoi.

« C'est un très bon feeling, ma famille (des cousins) vit à Montréal et c'est mon équipe favorite depuis que je suis petit. C'est un feeling que je n'oublierai jamais », a-t-il indiqué lors de sa rencontre avec la presse, commencée en français.

« Je vois la glace vraiment bien, j'ai un bon tir et je suis vraiment vite. Et je n'abandonne jamais », a-t-il ajouté quand il s'est fait demander de décrire sa façon de jouer. Plus tard, il a mentionné à quel point il aime le travail de Gallagher, la petite peste du Tricolore.

Comme par hasard, le directeur du recrutement des Canadiens, Trevor Timmins, l'a comparé à celui-ci.

« Ce kid est un guerrier, il est talentueux et habile. Il apporte un niveau de passion similaire à un joueur comme Gallagher. Il joue avec un haut tempo et il a fait partie du programme de l'équipe nationale du Canada », a souligné Timmins, qui habite à Ottawa et pensait bien que Bitten était le premier joueur de son patelin qu'il sélectionnait pour Montréal.

Timmins a mentionné que la façon dont Bitten a composé avec les différentes crises à Flint avait probablement aidé sa cause. « Être capable de jouer comme il l'a fait malgré tout ce qui se passait, c'est un crédit à lui et tous les autres membres de l'équipe », a-t-il noté.

Avec un des pires clubs de la LHOntario, l'athlète de 5' 10'' et 165 livres a récolté 30 buts et 35 passes en 67 parties, avec un différentiel de moins-29 cependant.

« Nous avons vécu beaucoup de distractions, et ce n'est pas tout le monde qui aurait pu passer à travers ce que nous avons connu. Mais en tant qu'équipe, ça nous a permis de nous rapprocher », estime le résident du secteur Gloucester d'Ottawa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer