Trois jours pour souffler

Le Canadien a encaissé une nouvelle défaite, samedi... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Le Canadien a encaissé une nouvelle défaite, samedi aux mains des Penguins.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse Canadienne

Selon un vieux slogan anglais, «practice makes perfect» (l'entraînement rend parfait). Au cours des trois prochains jours, les joueurs du Canadien auront l'occasion de s'approcher le plus possible de cet idéal inatteignable avant d'aborder une séquence de trois matches en quatre soirs qui s'annonce difficile.

Après son revers crève-coeur de 3-1 samedi aux mains des Penguins de Pittsburgh, une formation talentueuse, soit, mais qui cherche encore ses repères et qui n'est certes pas invincible, le Tricolore ne reprendra le collier que jeudi, alors qu'il sera l'hôte des Blackhawks de Chicago.

Comme si un match contre les champions en titre de la coupe Stanley n'était pas déjà assez ardu, la formation montréalaise devra se rendre dans la Ville des Vents trois jours plus tard après avoir fait escale à St. Louis, la veille.

D'ici là, le Canadien passera les trois prochaines journées au Complexe Bell de Brossard, où il tentera de trouver les solutions qui lui permettront de freiner une vertigineuse glissade. Une glissade provoquée en partie par des blessures à des éléments-clé de sa formation, à un calendrier difficile en décembre et à des performances pas toujours inspirées.

«Lorsque vous êtes au coeur de séquences de deux matches en autant de jours, vous n'avez pas la chance de vous concentrer sur les aspects que vous voulez améliorer, ou même travailler à l'extérieur de la patinoire et recevoir les traitements nécessaires, faisait remarquer Max Pacioretty à la veille du match contre les Penguins. Lorsque vous jouez si souvent, c'est difficile de prendre bien soin de votre corps.»

Quinzième position

Au lendemain de son neuvième gain en autant de matches, le 24 octobre face aux Maple Leafs de Toronto, le Canadien trônait fièrement au premier rang de l'association Est, six points devant trois équipes, dont les Capitals de Washington. Aucune formation ne jouait mieux que le Canadien, et bien des amateurs rêvaient déjà à une coupe Stanley.

Onze semaines plus tard, il n'a amassé que 31 points sur une possibilité de 68, une récolte qui lui confère le 15e rang parmi les 16 formations de son association durant cet intervalle. C'est un point de mieux que les Sabres de Buffalo et un de moins que les Blue Jackets de Columbus.

Plusieurs de ces mêmes amateurs qui imaginaient assister à un défilé au centre-ville de Montréal craignent maintenant que leurs favoris n'arrivent même pas à se tailler une place en séries. Surtout que les Bruins de Boston, le Lightning de Tampa Bay et les Sénateurs d'Ottawa, qui ont tous des matches en main, s'approchent dangereusement.

Le Canadien a eu un mois de décembre chargé avec 14 matches en 28 jours, dont six consécutifs à l'étranger entre les 19 et 29 décembre, tout ça sans les services de Carey Price et Brendan Gallagher, deux de ses pivots.

Montréal n'arrive tout de même pas à aligner les victoires. Il faut reculer à l'avant-dernière semaine de novembre pour retracer deux gains d'affilée de la formation de Michel Therrien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer