Un premier but crucial

Brendan Gallagher.... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Brendan Gallagher.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Canadien a réussi à éliminer les Sénateurs en partie parce qu'il a réussi à marquer le premier but dans un match pour la première fois de la série.

Carey Price s'est chargé du reste après le but de Brendan Gallagher qui a ouvert la marque.

«C'était notre objectif (de marquer en premier), mais en fin de compte, ça n'aurait pas eu d'importance. Nous aurions gardé notre calme même s'ils avaient marqué en premier. Tout est une question de garder son calme et sa concentration», estimait Price après coup.

«Bien des séries se décident sur quelques coups de chance et j'imagine que dans celle-ci, nous en avons obtenu plus qu'eux. Il faut leur lever notre chapeau, ils ont fait des choses extraordinaires pour accéder à l'après-saison et ils ont joué toute une série, ils ont une bonne équipe», a-t-il ajouté.

Déjoué à cinq reprises vendredi lors du cinquième match, Price a noté que cela n'avait «pas eu rapport» avec sa performance étincelante pour éliminer les Sénateurs.

Mais Brendan Gallagher n'était pas d'accord avec lui: «Ce n'était pas sa faute, mais comme il est tout un compétiteur, il n'était pas content. On pouvait voir avant le match qu'il était concentré, il avait ce look dans les yeux. On s'attend toujours à de telles performances de sa part, mais 43 arrêts à l'étranger dans un match d'élimination, on ne peut pas prendre ça pour acquis», a dit l'auteur du but gagnant.

De beaux arrêts

Price a eu à se signaler à quelques reprises lors de la dernière minute de jeu, notamment en plongeant pour arrêter un tir de Mika Zibanejad sur un retour. C'était avant que Max Pacioretty scelle l'issue de la rencontre dans un filet désert avec moins d'une seconde à jouer.

«J'avais hâte que cette dernière minute de jeu prenne fin», a soupiré l'entraîneur-chef Michel Therrien.

«J'étais soulagé (que ça finisse), c'était stressant, mais je préfère être sur la glace que d'être sur le banc, c'est encore pire dans ce temps-là, a indiqué Pacioretty. Il faut être honnête, nous avons eu les bonds de notre côté (hier). Nous avons eu quelques chances d'en finir de façon plus convaincante, mais on les a ratées. Tout n'est pas parfait, mais on continue et notre objectif ultime est de jouer en juin.»

«Nous avons eu de l'adversité dans cette série et nous allons en avoir à nouveau (plus tard), estimait Therrien de son côté. Dave Cameron et son personnel ont fait un travail exceptionnel pour trouver un moyen de se retrouver en séries, surtout lors des deux derniers mois. Ce fut une bonne série, tous les matches ont été serrés sauf un. Ils ont probablement donné leur meilleur effort (hier), mais heureusement, nous avions Price de notre côté.»

Mbrassard@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer