Une «petite» commotion

Le Hullois Pierre-Alexandre Parenteau promet qu'il est complètement... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le Hullois Pierre-Alexandre Parenteau promet qu'il est complètement remis de la commotion qu'il a subie le 2 janvier dernier.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Robert Laflamme
La Presse Canadienne
BROSSARD

Pierre-Alexandre Parenteau a confirmé, hier, une évidence que le Canadien n'a pas voulu confirmer pendant son absence, soit qu'il a bel et bien subi une commotion cérébrale au cours du match du 2 janvier au New Jersey.

Parenteau a qualifié la commotion de légère et il a expliqué qu'il a respecté le protocole en vigueur dans la LNH. Pendant ce temps, le Tricolore parlait d'une blessure au haut du corps même s'il était apparent que Parenteau avait été ébranlé par une sévère mise en échec de Tim Sestito des Devils.

«Ce n'était rien de majeur, a précisé Parenteau, qui a raté les trois derniers matches de l'équipe. J'ai respecté le protocole d'environ une semaine et je suis de retour, prêt à renouer avec l'action.

«Je n'ai été incommodé que par des symptômes mineurs, a-t-il enchaîné. J'ai déjà subi une commotion pas mal plus sérieuse. Je sais ce que c'est.»

Parenteau avait été mis K.-O. pendant cinq semaines en 2009-2010, à l'époque où il portait les couleurs des Wolf Pack de Hartford, dans la Ligue américaine.

Il se blâmait pour le coup que Sestito lui a asséné, estimant qu'il s'était mis dans une position vulnérable.

«J'ai perdu la maîtrise de la rondelle au centre de la patinoire et je me suis penché pour tenter de la récupérer. J'ai reçu son coude sur la mâchoire et j'ai été knockouté.»

Subban serein

P.K. Subban le cache bien s'il est déçu de ne pas avoir été retenu en vue du match des étoiles de la LNH. Il faut dire qu'il a eu presque deux journées afin de dissiper sa déception, la sélection des 36 joueurs ayant été dévoilée samedi.

«Parce que j'évolue à Montréal, je sais qu'on va me poser la question au sujet de ma non-sélection, mais je me demande pour quelles raisons je dois y répondre, a déclaré le défenseur, hier. Toute l'attention doit être portée sur les joueurs qui vont prendre part au match, pas sur ceux qui n'y ont pas été invités. Tous ceux qu'on a choisis sont méritants. Ici, l'attention doit être sur Carey (Price) parce qu'il le mérite. Même si on estime que des joueurs auraient pu mériter d'être sélectionnés, c'est sur les joueurs retenus qu'il faut s'attarder.»

Subban, joueur le mieux payé de l'histoire du Canadien, ne connaît pas une saison exceptionnelle, loin de là, malgré les 27 points à sa fiche (8-19) en 41 matches. En défense, il montre un différentiel de plus-10.

Comme Subban, l'attaquant Max Pacioretty a dit voir davantage les bienfaits pour lui d'un repos pendant la pause du match des étoiles.

«Sur le plan personnel, je ne savais pas à quoi m'attendre. Mais ultimement, c'est la performance de l'équipe qui doit être notre unique préoccupation, a-t-il fait remarquer. Ce répit sera bénéfique à longue échéance. Je profiterai possiblement de la pause pour aller passer du temps à la plage en Floride.»

Pacioretty a affirmé que s'il y avait un seul joueur du Canadien qui méritait d'être choisi, c'est Carey Price.

«Il a été le principal rouage de nos succès en première moitié de saison. Nous sommes même quelque peu mal à l'aise d'avoir dû se fier autant à lui, a-t-il avoué. Il n'y a pas de meilleur représentant que lui pour notre équipe.»

Nouveaux trios

L'entraîneur-chef a par ailleurs procédé à une refonte majeure des trios. Ça reste à voir s'il les utilisera face aux Blue Jackets, demain, à Columbus. Therrien, qui avait congé de point de presse hier, apportera peut-être des éclaircissements avant le départ du CH vers l'Ohio, aujourd'hui.

«Gally et moi avions justement pris quelques paris ensemble dimanche, quant à d'éventuels changements de trios», a glissé Pacioretty avec le sourire.

Le vétéran Plekanec avait maintenant Pacioretty et Gallagher comme ailiers tandis que Galchenyuk était entouré de Brandon Prust et de Parenteau. Eller était au centre de Dale Weise et de Desharnais. Manny Malhotra pivotait la quatrième unité complétée des Jiri Sekac et Michaël Bournival. Christian Thomas était l'attaquant en trop.

«N'essayez pas trop d'y voir des promotions ou des démotions pour des joueurs. Ce ne sont que de petits changements, a repris Pacioretty. L'entraîneur fait souvent ça afin de garder tout le monde sur le qui-vive. C'est de bonne guerre. Ça réinsuffle une dose d'énergie aux joueurs. Personnellement, je connais du succès avec Pleky en infériorité numérique. J'espère continuer d'en avoir à cinq contre cinq.»

En défense, les duos étaient inchangés, quoique le réserviste Mike Weaver a effectué quelques exercices à la place de Tom Gilbert, aux côtés d'Alexeï Emeline.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer