Moeller revient hanter les Champions

Steve Borkowski, le partant numéro trois des Champions,... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Steve Borkowski, le partant numéro trois des Champions, avait alloué seulement un point, non mérité, lorsqu'il a cédé sa place au terme de la sixième manche.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La soirée a plutôt bien débuté pour Miles Moeller. Le jeune gaucher lançait à Ottawa l'an dernier. Il a donc profité de son passage au parc RCGT pour ramasser sa bague de championnat de la Ligue Can-Am.

La soirée a plutôt bien fini, aussi.

Sur le monticule, avec sa nouvelle équipe, Moeller a été appelé à travailler en huitième manche. Il a été parfait, ce qui lui a permis d'empocher la victoire.

Les Capitales de Québec ont entrepris leur voyage sur la route en battant les Champions, 4-2.

« Miles va très bien. C'est un lanceur important pour nous. En plus, il a toujours le statut de recrue. Je sais qu'il est content d'être ici. En plus de récupérer sa bague, je crois que sa copine est en ville. Une belle journée pour le jeune », a résumé le gérant québécois, Pat Scalabrini, après la partie.

Il a de quoi être fier.

Moeller a été acquis des Champions, l'hiver dernier, afin de compléter une transaction qui était survenue durant l'été 2016. Quelques noms avaient alors été mentionnés. Il faut croire que le gérant a du pif. Le joueur qu'il a fini par choisir a retiré 19 frappeurs au bâton en 11 manches et un tiers de travail, jusqu'ici.

« L'an dernier, Moeller a lancé quelques manches de qualité contre nous. Quelques-uns de mes frappeurs vétérans venaient me voir. Ils me disaient qu'il n'était pas très agréable à affronter. Quand est venu le temps de compléter la transaction, j'ai poussé pour l'obtenir. Il est encore meilleur cette année. On dirait qu'il a plus de confiance. Nous sommes vraiment très heureux de l'avoir », complète Scalabrini.

« À date, cette saison, je dois toucher du bois. Quand nous devons protéger une avance, ça se passe très bien. »

Le contraste avec les représentants de « l'autre » capitale est frappant.

L'enclos des releveurs continue de poser tout plein de problèmes au gérant des Champions, Hal Lanier.

Dans son bureau, tard lundi soir, il pestait contre le releveur qui est venu tout gâcher en fin de soirée, Raydel Sanchez.

« Quand tu accordes un but sur balles au premier frappeur que tu affrontes au début de la neuvième manche, tu cours après le trouble », crache celui dont l'équipe présente une fiche de 11-19 après 30 parties.

Borkowski solide

Le cafouillage du releveur a vite fait oublier la bonne sortie du partant.

En réalité, pendant six manches, les fans qui se sont déplacés ont pu assister au plus beau duel de lanceurs de la saison.

Les Capitales avaient envoyé au monticule leur as, Karl Gélinas.

Le vétéran a bien fait, accordant huit coups sûrs en sept manches de travail.

Son vis-à-vis, Steve Borkowski, lui a cependant tenu tête. Il avait alloué seulement un point, non mérité, lorsqu'il a cédé sa place au terme de la sixième manche.

« Il a lancé un peu trop de tirs à mon goût. J'aurais bien voulu le laisser plus longtemps, mais il avait déjà affronté un très grand nombre de frappeurs », explique Lanier.

Cette belle sortie du partant numéro trois d'Ottawa se veut quand même rassurante. Après avoir connu un départ chancelant, voilà que Borkowski se relève. Il n'a pas alloué un seul point mérité à ses adversaires à ses 16 dernières manches de travail.

« Je commence à me sentir un peu mieux. Mais les gars font de bons jeux derrière moi. Je pense surtout à Tyson Gillies et Daniel Bick. Je dois leur lever mon chapeau », commente-t-il.

La série opposant les Champions aux Capitales se poursuivra mardi soir.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer