Célébrations et réflexions pour les Champions

Une bonne foule attendait les Champions (littéralement) à... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Une bonne foule attendait les Champions (littéralement) à l'hôtel de ville d'Ottawa, lundi.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il fallait du cran pour baptiser ainsi un club de baseball qui n'avait encore jamais disputé un seul match.

« Les Champions... C'était un nom à double sens. Nous voulions d'abord nous établir comme des champions dans la communauté en soutenant différentes oeuvres de bienfaisance, des choses comme ça... Nous voulions aussi nous engager auprès des fans. Notre nom d'équipe, c'était une promesse. La promesse que nous allions livrer un produit divertissant sur le terrain. »

David Gourlay racontait cela lundi midi, durant une réception organisée à l'Hôtel de ville d'Ottawa. L'équipe de baseball dont il est le président avait été conviée par le maire Jim Watson à célébrer son championnat des séries éliminatoires de la Ligue Can-Am.

Même dans ses rêves les plus fous, David... (Martin Roy, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Même dans ses rêves les plus fous, David Gourlay (à droite) n'imaginait pas que les Champions d'Ottawa connaîtraient autant de succès à leur deuxième année. L'équipe dont il est le président a battu les Boulders de Rockland, samedi en finale des séries éliminatoires de la Ligue Can-Am.

Martin Roy, LeDroit

« Même dans mes rêves les plus fous, je n'aurais jamais imaginé me retrouver ici, avec une bannière de championnat, au terme de notre deuxième année d'existence. La plupart des organisations sportives professionnelles mettent des années à chercher la bonne formule. »

Reste maintenant à voir à quel genre d'élan ce championnat donnera à son organisation.

Quelques centaines de partisans ont fait un crochet au centre-ville pour saluer les joueurs pour une dernière fois, lundi.

M. Gourlay soutient que son téléphone « n'a jamais autant sonné que dans les 48 dernières heures ».

« Les gens ont envie de parler de baseball en ce moment », jure-t-il.

Passer le flambeau

Le propriétaire majoritaire des Champions, Miles Wolff, se montre quand même prudent.

Wolff est aussi commissaire de la Ligue Can-Am. Quand la Ville d'Ottawa a choisi de donner une dernière chance au baseball professionnel dans le stade du chemin Coventry, il a choisi de lui-même y voir. Il a investi des sommes considérables pour démarrer la franchise. Il a également investi du temps - il a passé les deux derniers étés en ville pour voir au bon déroulement des opérations.

Malgré le succès obtenu sur le terrain, il n'a pas encore reçu d'appels d'investisseurs locaux désirant reprendre le flambeau.

« Il faut que les Champions deviennent l'équipe d'Ottawa. Ils ne pourront pas m'appartenir éternellement. Je n'ai pas non plus l'intention de les vendre à un investisseur provenant de l'extérieur. Des gens d'affaires d'Ottawa et de Gatineau devront éventuellement se manifester », dit-il.

M. Wolff se défend bien de servir un ultimatum. Il entend se montrer patient. Il rappelle qu'il a été patient à Québec. Il a géré les Capitales pendant 11 ans avant de trouver les « bons investisseurs » dans la Vieille Capitale.

Selon les chiffres fournis par l'organisation, plus de 135 000 spectateurs ont franchi les tourniquets du parc RCGT en 2016. En saison régulière, les Champions se sont produits devant des foules moyennes de 2454 fans. Ça leur permet de rivaliser avec les meilleures organisations de la Can-Am.

« Votre région compte un million d'habitants. Elle mise sur un véritable bijou de stade. C'est un bon environnement pour un produit comme le nôtre. Il suffit de convaincre les gens que le baseball peut vivre et grandir ici. Gagner le championnat devrait nous aider. L'année prochaine pourrait être notre meilleure », dit-il.

En quittant l'Hôtel de ville, MM. Wolff et Gourlay sont retournés au stade afin de tenir leur première rencontre officielle de l'an trois.

Les Champions seront les hôtes du Match des étoiles du baseball indépendant en 2017.

Ils ont aussi d'autres dossiers prioritaires qu'il faudra attaquer sous peu. « Nos objectifs de commandites seront revus à la hausse. Il faudra dénicher de nouveaux partenaires dans la communauté. Nous voudrons aussi repenser et améliorer nos promotions », complète le président.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer