Les Champions renversent la vapeur

L'arrêt-court Daniel Bick a produit un point dans... (Courtoisie)

Agrandir

L'arrêt-court Daniel Bick a produit un point dans la victoire décisive des Champions, vendredi.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une saison de baseball, c'est long. À leur deuxième année d'existence, les Champions d'Ottawa ont disputé 100 parties en saison régulière et huit autres en séries éliminatoires.

Il en reste un dernier. Le plus important. 

Samedi soir, au Palisades Credit Union Park de Ponoma, dans l'État de New York, ils auront l'occasion de remporter le championnat des séries éliminatoires de la Ligue Can-Am.

Les Champions n'ont pas volé ce privilège. Acculés au mur, ils ont remporté vendredi soir un deuxième match sans lendemain.

Leur victoire de 13-3 contre les Boulders de Rockland leur permet de niveler, deux victoires de chaque côté, la série 3 de 5.

«Une vraie victoire d'équipe», assure le gérant Hal Lanier.

Une victoire d'équipe, soit. Une victoire quand même rendue possible par une solide performance individuelle d'un lanceur recrue.

Alors que les séries s'achèvent, les lanceurs des Champions et des Boulders sont à bout de souffle.

Steve Borkowski, un gamin de 23 ans, avait reçu la balle pour ce duel fatidique.

Le droitier de l'Iowa s'était joint aux Champions à titre de recrue en toute fin de saison. Il avait obtenu quatre départs, durant lesquels il n'avait jamais lancé plus de six manches.

Cette fois, Lanier lui a demandé de travailler le plus longtemps possible. Son enclos des releveurs avait été surtaxé dans les jours précédents.

Il a répondu comme il fallait. En huit manches complètes, il a donné six coups sûrs et trois points mérités. Il a surtout complété 13 retraits sur des prises.

«Les Boulders ont cogné un circuit à ses dépens en première manche. Il aurait pu se laisser affecter. Ça n'a pas été le cas. Il a plutôt choisi de se ressaisir. Il est revenu plus fort en deuxième. Il a été capable d'utiliser tous ses lancers par la suite. Sa rapide, sa cassante, son changement de vitesse... Ils étaient tous à point. Pour un kid qui dispute sa première saison dans la Ligue Can-Am, c'était beau à voir», raconte Lanier.

Le gaucher Josh Blanco a complété le travail en neuvième manche.

Il est vrai que tous les joueurs ont contribué aux succès des Champions à l'attaque. Les neuf frappeurs utilisés par Lanier ont obtenu au moins un coup sûr.

Le deuxième but Albert Cartwright s'est quand même distingué. Il a cogné trois coups sûrs en cinq présences au bâton, en plus de produire cinq points pour son équipe. Il a également frappé une longue balle. Ça lui en fait trois à ses deux dernières parties.

C'est excellent, pour un joueur qui se distingue habituellement par sa vitesse sur les sentiers.

«Il est bon à tous les niveaux, insiste Lanier. L'an dernier, il a conservé une moyenne supérieure à ,300. Cette année, il est passé tout près de le faire. Je vous le dis, il est solide et complet.»

«Évidemment, le stade des Boulders n'est pas comme le nôtre. Certaines balles qui franchissent la clôture du champ extérieur ici ne le feraient pas à Ottawa. Le terrain est plus petit. Ça change un peu le match», complète l'entraîneur septuagénaire.

Avec toute son expérience, Lanier se dit excité, mais pas nerveux, à l'idée de vivre un match ultime.

Il peut aborder cette rencontre avec confiance. Le lanceur de l'année dans la Can-Am, Austin Chrismon, obtiendra le départ.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer