Les Champions passent en finale

La troupe de Hal Lanier a éliminé les... (Courtoisie: Brandon Koodish, New Jersey Jackals)

Agrandir

La troupe de Hal Lanier a éliminé les Jackals du New Jersey pour accéder à la finale de la Ligue Can-Am.

Courtoisie: Brandon Koodish, New Jersey Jackals

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Comme le Rouge et Noir et le Fury avant eux, les Champions d'Ottawa ont réussi l'exploit d'atteindre la finale de leur ligue dès leur deuxième année d'existence.

Après avoir éliminé les Jackals du New Jersey en quatre matches samedi, l'équipe de la Ligue Can-Am tentera maintenant de réussir là où ont échoué les deux autres équipes sportives professionnelles de la capitale nationale en 2015. Malgré des saisons magiques, l'équipe de football de la LCF et l'équipe de soccer de la NASL s'étaient inclinées dans le match décisif de leurs ligues respectives.

Sur papier, la supériorité des Jackals semblait évidente dans leur série contre Ottawa. Ils avaient remporté le championnat de la Can-Am avec 62 victoires en 100 matches. Ils détenaient une avance de 11 matches sur les Champions à la fin de la saison régulière, mais dans une série trois de cinq, il peut se produire plein de trucs qui permettent à l'équipe négligée de surprendre l'équipe favorite.

Personne n'aurait donné cher de la peau des Champions après leur défaite de 11-2 dans le match d'ouverture de la série, mais les hommes de Hal Lanier ont collé trois bons matches de suite pour remporter les trois autres duels, le premier à Ottawa par la marque de 4-3 et les deux autres au New Jersey par des comptes décisifs de 8-3 et 7-2.

Les Ottaviens amorceront ainsi la première finale de leur jeune histoire mardi et mercredi au stade RCGT contre le gagnant de la série Québec/Rockland, présentement égale 2-2.

«L'élément clé dans cette série, c'est que nous avons marqué des points en premier. Ces points ont mis énormément de pression sur l'opposition. Nous avons aussi évité la grosse manche des Jackals. Ils avaient les bâtons pour le faire, mais nos lanceurs ont été solides dans nos trois victoires. Nous avons été dans le pétrin à quelques reprises, mais nos lanceurs ont empêché les gros coups sûrs qui auraient pu nous faire mal», a résumé Hal Lanier à son retour à Ottawa dimanche.

Le coeur de l'alignement des frappeurs des Champions s'est également levé contre les Jackals. Le vétéran Sébastien Boucher a terminé la série avec une moyenne au bâton de ,429. Celui qui le suit au quatrième rang du rôle de frappeurs, Kenny Bryant, a frappé pour ,353. Les Cubains Donal Duarte et Alexander Malleta ont frappé pour ,375 et ,313 alors qu'Adron Chambers a cogné pour ,286. Pourtant, le frappeur le plus redoutable se trouvait dans l'autre camp. Roi des circuits et joueur par excellence de la Can-Am cette année, Art Charles a été limité à une moyenne de ,211 dans la série.

«Nous avons vraiment été bons cette semaine. Comme Sébastien Boucher l'avait mentionné en fin de saison, nous avons eu un relâchement quand nous avons assuré notre place en séries. Nous étions en mode économie d'énergie, mais ça n'a pas été le cas dans cette série. Nos joueurs ont été très intenses. Ils ont joué avec l'énergie du désespoir.»

Hal Lanier s'est montré encouragé par la tenue de deux recrues au monticule dans le gain décisif. «Steve Borkowski a commencé le quatrième match. Il s'est retrouvé dans l'eau chaude dans les cinq manches qu'il a lancées, mais il s'est bien tiré d'affaire. Il s'est bagarré et il a retiré Art Charles sur des prises à un moment crucial. Miles Moeller nous a donné de bonnes manches par la suite et Tyler Wilson a été phénoménal pour fermer les livres.»

Le gérant de 72 ans se souvient très bien de son dernier titre dans la Can-Am. En 2008, son club classé quatrième avait éliminé les champions de la saison régulière pour ensuite battre les Capitales de Québec en finale. Hal Lanier n'a jamais douté que ses Champions pouvaient répéter l'exploit.

«Nous avons été la seule équipe à avoir une fiche victorieuse contre le New Jersey cette année, souligne-t-il en faisant allusion à la fiche de 11-7 des siens contre les Jackals en saison régulière. Là, nous avons été capables de gagner deux matches chez eux. Dans une courte série, tout peut arriver. Même Daniel Bick nous a cogné son premier circuit de l'année pour nous donner un coussin de quatre points samedi.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer