La relève gâche le spectacle

Éric Gagné n'a accordé que deux coups sûrs... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Éric Gagné n'a accordé que deux coups sûrs et un point, en plus de retirer six frappeurs au bâton en cinq manches de travail.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Son trophée Cy-Young remonte à 2003, mais Éric Gagné n'a rien perdu de son pouvoir d'attraction.

Effectuant un retour au jeu avec les Champions d'Ottawa dans le dernier match de la saison sans signification au classement de la Ligue Can-Am, le grand droitier de 40 ans a démontré toute son étoffe à une foule record de 7886 spectateurs au stade RCGT. Malheureusement, il a été le seul lanceur des Champions à afficher une forme splendide lundi. Il a quitté le match avec une avance de 3-1 après cinq manches, mais les releveurs qui lui ont succédé ont gâché le spectacle.

Si le duel a été passionnant pendant cinq manches, il a pris allures de match des petites ligues par la suite. Les Capitales de Québec n'ont fait qu'une bouchée de la relève ottavienne pour l'emporter aisément 17-8.

Pendant qu'il y avait encore congestion aux abords du stade, l'ancienne vedette des Dodgers de Los Angeles travaillait rapidement. Il a retiré les 12 premiers frappeurs des Capitales. Yurisbel Gracial a été le premier à lui soutirer un coup sûr en cinquième manche avec un long circuit en solo.

Quand « Game Over » a été ovationné par la foule après avoir effectué 63 tirs (43 prises) en cinq manches, il n'avait accordé que deux coups sûrs et un point. Il n'avait pas alloué de but sur balles et il avait retiré six frappeurs au bâton.

En fin de cinquième manche, un circuit de deux points de Sébastien Boucher lui avait procuré une avance de 3-1. Le 100e coup sûr de la saison de son ancien coéquipier des Capitales en 2009 arrivait à point. Il plaçait Gagné en position de récolter la victoire, mais quand le lanceur de Mascouche a quitté, ç'a été game over pour les Champions.

Luis Munoz a cédé six points en sixième manche et les Capitales n'ont plus jamais regardé derrière. Éric Gagné, lui, était vraiment encouragé par sa sortie. Avant le match, il avait même remis un chèque de 6000 $ au programme sport/études de baseball de la polyvalente Nicolas-Gatineau. La somme provenait d'une partie des recettes de la journée des Champions.

Gagné s'est amené au monticule dans des circonstances difficiles. La veille, il avait appris le décès de son ami Bob Bissonnette. Il avait pris soin de demander aux Champions de mettre la chanson « Game Over » pendant son réchauffement. Le chansonnier lui avait composé cette chanson en 2008.

« C'était la moindre des choses. Ça prenait une minute de silence aussi. Bob a touché beaucoup de monde chez les Capitales. Tout le monde l'adorait. Il faisait rire bien des gens. J'ai toujours aimé sa toune. C'était une journée émotive pour moi. »

Pas de limites

Une fois le match commencé, Gagné voulait lancer au moins trois manches. Il s'est rendu à cinq manches en lançant des rapides à 88-89 miles à l'heure avec un sommet à 93 miles à l'heure. « Je n'avais pas de limite de lancers. Je savais que j'étais prêt. J'étais plus en forme que l'an dernier. J'ai lancé des prises. Mon bras allait bien. Ma courbe allait bien. Cinq manches, c'est mieux que je pensais. »

Cette prestation pourrait-elle lui donner le goût de revenir au jeu ? « On va voir comment mon bras va réagir demain, mais oui, ça me donne le goût de poursuivre. Peut-être au Japon ? Je n'ai pas vraiment de plan. Chaque année, je dis toujours que c'est fini, mais je reviens quand même ! Je me suis bien amusé. »

Amusé suffisamment pour rester avec les Champions pendant les séries éliminatoires ? « Non ! Je quitte pour les Bahamas demain pour aller jouer au golf. »

Les Champions goûteront aux séries dès mercredi

Le dernier match de la saison des Champions d'Ottawa s'est terminé en queue de poisson lundi, mais le club de la capitale a quand même signé une fiche gagnante de 51 victoires et 49 défaites à sa deuxième campagne dans la Ligue Can-Am.

Quatrièmes au classement, les Champions auront maintenant la chance d'étirer leur saison de quelques matches alors qu'ils amorceront leurs séries éliminatoires dès mercredi au stade RCGT en recevant les Jackals du New Jersey. Les deux premiers matches de la série trois de cinq auront lieu à Ottawa. Elle se transportera ensuite au domicile des champions de la saison régulière pour le troisième match ainsi que les duels numéro quatre et cinq, si nécessaire.

Finalistes des séries de la Can-Am en 2015, les Jackals ont enregistré 62 victoires et subi seulement 38 revers en 2016. Les lanceurs ottaviens devraient en avoir plein les bras puisque les Jackals ont formé la meilleure attaque de la ligue cette saison avec une moyenne au bâton de ,293. Ottawa a été bon dernier avec une moyenne collective de ,254. Les lanceurs des Jackals ont également été les plus efficaces de l'année alors qu'ils n'ont alloué que 3,62 points mérités par match. Même si ça n'a pas paru auprès de ceux qui ont assisté à leur premier match de la saison lundi, les lanceurs des Champions ont affiché la deuxième meilleure moyenne de points mérités de la ligue. Ça sera « leur pain et leur beurre » dans cette série.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer