En finale plus vite que prévu

Manuel Laflamme, lanceur par excellence du mois de... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Manuel Laflamme, lanceur par excellence du mois de juillet dans la LBJÉQ, pourrait bien obtenir le privilège d'amorcer la série finale au monticule du Hull-Volant, en fin de semaine.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Hull-Volant de Gatineau aura de moins de temps que prévu pour se remettre de ses émotions de sa victoire décisive aux allures d'un scénario hollywoodien jeudi en demi-finale de la Ligue de baseball junior élite du Québec.

L'équipe de Michel Landriault croyait pouvoir bénéficier d'une semaine de repos avant d'entreprendre la finale, mais elle devra rapidement revenir sur terre parce qu'elle a déjà rendez-vous avec le Royal de Repentigny dimanche. Manuel Laflamme, lanceur par excellence du mois de juillet dans la LBJÉQ, devrait avoir le privilège d'amorcer la série au monticule.

Zakary Gignac, sensationnel dans le sixième match contre Charlesbourg jeudi soir, retournera sur la butte pour le deuxième match de la série jeudi au parc Sanscartier. L'artilleur de 19 ans a travaillé pendant neuf manches et un tiers dans l'éclatante victoire de 4-3 face aux Castors. À part trois maigres simples, il n'avait rien donné aux visiteurs dans les neuf premières manches. Quand il a quitté le match en 10e manche, il était rendu à 123 lancers.

Les Castors ont profité de la fatigue qui s'installait chez lui pour marquer les trois premiers points du match. Puis, au moment où une remontée semblait improbable, le Hull-Volant a inscrit quatre points, dont trois après deux retraits en fin de 10e manche sur une double d'Alexis Cadieux qui a vidé les buts. Ironiquement, c'est Philippe Charlebois qui a hérité de la victoire, lui qui a éteint le feu en relève à Gignac en 10e manche.

Matches en rafale

Les matches deux, trois, quatre et cinq de la finale seront joués en rafale du jeudi au dimanche. Avec cet horaire, Manuel Laflamme devrait lancer le troisième match, mais Michel Landriault aura des choix à faire pour les quatrième et cinquième matches où il ne pourra pas utiliser ses deux meilleurs «bras».

Si le Hull-Volant se retrouve en finale avec la meilleure fiche de la LBJÉQ en séries (11-3), c'est en partie en raison de ces deux lanceurs. «Nous avons plusieurs candidats qui peuvent nous donner des manches de qualité dans ces deux matches-là. Je ne veux pas dévoiler mon jeu, mais Francis Krakana, Philippe Charlebois, Pierre-Olivier Avoine, Marcel-Maxime Lacasse et Justin Deroy-Dunn peuvent faire le travail. C'est d'ailleurs au monticule que nous avons un léger avantage sur Repentigny parce qu'à l'attaque, ils ont un alignement sans faille.»

Personne n'attendait le Hull-Volant (16-26 en saison) en finale. Le club n'avait jamais participé aux séries éliminatoires dans son histoire de cinq ans. Le Royal de Repentigny, avec un dossier de 22-20 en saison régulière, a également éliminé quelques grosses pointures pendant les séries dont les Orioles de Montréal (32-10), champions de la saison régulière et les Bisons de St-Eustache (24-18).

Michel Landriault est convaincu que les partisans gatinois auront droit à une bonne finale. «Je suis très fier de ce que nous avons accompli. Nous venons d'éliminer les Castors en six matches. Ce ne sont pas des deux de pique. J'ai aimé la façon dont nous l'avons fait. Nos gars ont du coeur, du chien, du caractère.»

Dans cette série finale, le Hull-Volant renouera avec Fred Leclerc, un de ses plus anciens joueurs. Sacrifié au Royal à la mi-saison dans le but de renflouer l'alignement du HV la saison prochaine, Leclerc sera un des joueurs clés du camp adverse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer