Yean Carlos Gil s'illustre

Le gérant des Champions, Hal Lanier, a vanté... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Le gérant des Champions, Hal Lanier, a vanté le travail du gaucher Yean Carlos Gil, jeudi soir.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un vrai duel de lanceurs, comme on en voit si peu dans la Ligue Can-Am. En deux heures et 10 minutes, le match était fini.

Le lanceur partant des Aigles de Trois-Rivières, Matthew Rusch, a été très bon. Comme d'habitude. Dans n'importe quel autre stade, n'importe quel autre soir, il aurait gagné.

Jeudi, il s'est toutefois incliné devant un lanceur juste un peu plus dominant que lui.

Le gaucher Yean Carlos Gil a permis aux Champions d'Ottawa de l'emporter 2-0 au parc RCGT.

C'est une victoire assez importante, car elle permet à son équipe d'éviter un balayage à la maison.

C'est une victoire doublement importante, car elle vient calmer un peu le patron.

Le gérant Hal Lanier pestait contre ses lanceurs, 24 heures plus tôt. Là, il ne trouve rien à redire. « Je dois rendre hommage à Gil parce que tout fonctionnait pour lui ce soir. Sa rapide était bonne. Sa courbe était bonne. Son changement de vitesse était juste à point. Et il contrôlait parfaitement ses lancers », a-t-il résumé.

Gil, qui est âgé de 25 ans, est débarqué à Ottawa ce printemps après avoir passé cinq saisons dans l'organisation des Braves d'Atlanta. Cinq années durant lesquelles il avait été utilisé principalement comme partant. À ses débuts dans le baseball indépendant, il a été obligé de faire ses preuves. Lanier l'a d'abord envoyé travailler chez les releveurs.

« Je suis arrivé au camp avec un peu de retard. Les entraîneurs ne me connaissaient pas trop bien. Ils m'ont demandé d'aller dans l'enclos, mais je savais que je pourrais retrouver ma place dans la rotation si ça se passait bien », a-t-il dit dans un anglais honnête, après la partie.

Gil travaille bien, mais il a vite besoin d'aide. Lanier l'a retiré après sept manches, jeudi. Il s'agit officiellement de son plus long match de la saison.

« Nous avons discuté de la possibilité de le garder dans le match. Je vous prie de me croire, il n'est pas facile de retirer du match un gars qui n'a alloué que deux coups sûrs », dit Lanier.

« Il avait déjà effectué 94 ou 95 lancers. Nous essayons généralement de le retirer du match après 102 ou 103 tirs. Il n'a pas été facile de le retirer, mais je crois que c'était, malgré tout, la bonne décision. La relève a complété le travail. »

La relève a effectivement tenu le coup... mais ça n'a pas été facile. Les Aigles, combatifs, ont placé deux coureurs sur les buts en début de neuvième.

Josh Blanco, le releveur texan qui vient de rentrer dans la capitale au terme d'un essai infructueux avec les Rangers de son État natal, a réussi son premier sauvetage de l'été.

« Les gars ont démontré du caractère. Nos lanceurs ont fait le travail. Nous avons bien joué défensivement. Certaines de nos présences au bâton ont laissé à désirer, ce fut quand même une bonne série », a résumé le gérant trifluvien, Maxime Poulin.

Le jeune pilote peut dire mission accomplie. Il a réussi à engranger deux victoires en trois matches sur la route pour gagner sa première série. Il vivra maintenant un autre moment important. Il dirigera un premier match à domicile, vendredi. Les Aigles recevront pour l'occasion les Capitales de Québec.

Les Champions recevront pour leur part les Boulders de Rockland. On en saura plus long sur l'état de santé de leur cogneur de puissance, Kenny Bryant. Il a raté le match de jeudi. Il est blessé à un genou.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer