Poulin peut dire mission accomplie

Maxime Poulin a remplacé le Gatinois Pierre-Luc Laforest... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Maxime Poulin a remplacé le Gatinois Pierre-Luc Laforest à la tête des Aigles de Trois-Rivières, qui se sont imposés 4-3 au parc RCGT, mardi soir.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Tard mardi soir, dans le vestiaire des visiteurs au parc RCGT, Maxime Poulin était un homme soulagé.

L'homme de Beauceville a savouré la victoire à son premier match à titre de gérant intérimaire des Aigles de Trois-Rivières. Ses joueurs ont travaillé tard pour aller lui chercher le match, 4-3, en 11e manche.

Poulin était soulagé de voir que ses joueurs avaient encore de l'énergie à dépenser en prolongation. « Après tout ce que nous avons vécu dans les dernières heures... Les gars ont joué une de leurs meilleures games de l'année », a-t-il déclaré.

Il faisait ici référence au congédiement de son prédécesseur.

Le Gatinois Pierre-Luc Laforest, seul gérant que les Aigles avaient connu depuis leur arrivée dans la Ligue Can-Am, s'est fait montrer la porte de façon spectaculaire et inattendue, alors qu'il s'apprêtait à effectuer un voyage dans sa région natale.

« Nous avons gagné ce match pour Max, mais nous l'avons gagné pour Pete aussi », a lancé le releveur David Leblanc.

Le grand droitier de Beaconsfield s'est fait le porte-parole de ses coéquipiers en fin de soirée. Il s'est dit attristé de voir partir « le seul gérant que j'ai connu depuis le début de ma carrière chez les pros. »

« Pete était un homme vraiment aimé ici. Il a fait de grandes choses pour notre organisation. Tout ce qui vient d'arriver est bien dommage. Ce qui ne veut pas dire que nous n'endossons pas la décision de nos dirigeants... »

Les Aigles, champions des séries éliminatoires dans la Can-Am en 2015, occupent toujours le dernier rang du classement général. La victoire de mardi n'était que leur 14e de la saison.

« C'est plate à dire, mais Pete a eu du mal à placer neuf joueurs sur le terrain qui étaient à 100 % en même temps. Les baseball, c'est un drôle de sport. La balle va toujours finir par trouver le joueur qui n'est pas à son meilleur. Je crois que nous avons réussi à redresser la barque un peu dernièrement. Malheureusement, il était déjà trop tard pour Pete », croit Leblanc.

Colby joue les héros

C'est un petit nouveau, Zac Colby, qui a frappé le coup sûr décisif des Aigles en 11e.

Le joueur d'avant-champ, qui a décidé de s'arrêter en Mauricie après avoir effectué la tournée des villes de la Can-Am avec les étoiles de Shikoku Island, s'amuse comme un petit fou. Il a frappé 20 coups sûrs en 39 présences au bâton.

« Il est visiblement en feu », constate le gérant des Champions, Hal Lanier.

Le coup sûr de Colby est venu racheter une gaffe de son nouveau gérant.

Poulin a été un brin trop téméraire, tentant de pousser au marbre le coureur qui avait entamé la 11e manche au deuxième but. Il s'est brûlé. Le coureur en question a été retiré à la suite d'un puissant relais du voltigeur de gauche des Champions, Matt Helms.

« Une grosse erreur de ma part », se flagellait Poulin après coup.

« Une grosse erreur de concentration. Je n'aurais jamais du le pousser. Le moment était mal choisi en plus. Notre meilleur frappeur s'en venait au bâton. Mais bon. Nous avons trouvé un moyen de gagner quand même. »

Dans la défaite, le releveur Josh Blanco a plutôt bien fait pour les Champions. Le gaucher qui revient d'un court séjour dans le baseball affilié a lancé une manche et deux tiers sans allouer un seul coup sûr.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer