« Ce fut affreux » - Hal Lanier

Une soirée où l'enclos des releveurs n'a pas été très efficace. D'un côté comme... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une soirée où l'enclos des releveurs n'a pas été très efficace. D'un côté comme de l'autre.

L'équipe qui en a le plus arraché est celle qui a perdu. Les Champions d'Ottawa ont échappé mercredi un deuxième match consécutif contre les Capitales de Québec. Défaite de 10-8.

«Au baseball, il est vraiment difficile de gagner quand on alloue 10 points dans une seule manche», se lamentait le gérant des Champions, Hal Lanier, en fin de soirée.

On lui pardonnera son erreur de calcul. Dans leur grosse manche, la huitième, les Capitales ont en fait inscrit huit points.

Lanier, comme les 1200 fans qui étaient présents au Parc RCGT, a sans doute cru pendant un moment qu'elle ne se terminerait jamais.

Durant la grosse demie heure qu'ils ont passé au bâton, les Capitales ont envoyé 14 frappeurs. Onze d'entre-eux ont atteint les sentiers sur six coups sûrs et cinq buts sur balles.

«Que puis-je vous dire ? Ce fut affreux», commente Lanier.

Tout allait bien sur son équipe jusque-là. Le partant numéro un des Champions, Wilmer Font, avait connu une grosse soirée de travail. Il avait retiré huit frappeurs sur des prises en sept manches de travail. Quand il a quitté le match, son équipe détenait une avance d'un point.

Lanier a fait confiance au droitier Kevin Perez pour le remplacer.

Le jeune de 22 ans, qui évoluait au niveau A dans l'organisation des Royals de Kansas City jusqu'à l'an dernier, n'avait absolument rien dans le bras. Il a retiré un seul des huit frappeurs à lui faire face. Il a encaissé sept points.

Dans le vestiaire des visiteurs, une heure plus tard, le gérant des Capitales Pat Scalabrini parlait d'une opportunité à ne pas rater. «J'ai l'impression qu'on a vécu un match en deux temps. Font était extrêmement solide ce soir. Il n'a pratiquement rien donné à nos frappeurs. Pendant ce temps, les frappeurs des Champions malmenaient nos lanceurs. Quand un lanceur connaît une soirée aussi difficile que Perez, il faut en profiter.»

Lanier aurait sans doute pu retirer son lanceur en difficultés plus tôt. «Je ne l'ai pas fait parce qu'il a plutôt bien lancé pour nous jusqu'à maintenant.»

Les Champions ont essayé de freiner l'hémorragie avec Nick Cunningham, un droitier qui a été mis sous contrat en début de semaine. Il n'a pas été bien plus impressionnant.

«Il n'avait sans doute pas touché à une balle de baseball depuis quelques semaines. Nous l'avons fait travaillé de façon légère dans l'enclos des releveurs en après-midi. J'imagine que ça l'a un peu affecté», dit Lanier.

Le gérant était quand même fier de voir sa troupe revenir dans le match en neuvième. Dans une cause presque perdue, dans un stade presque vide, les Champions ont inscrit cinq points face à la relève québécoise.

«Notre équipe a une fois de plus fait preuve de caractère», croit Lanier.

En réalité, les Champions ont peut-être simplement pris, à leur tour, avantage d'un releveur qui ne l'avait pas.

Guillaume Leduc, de Boucherville, effectuait sa deuxième présence au monticule de la saison. «J'ai voulu l'utiliser dans une situation relativement facile, étant donné qu'il revient de loin. Vous avez pu voir que ça n'a pas été facile pour lui», conclut Scalabrini.

La série entre Ottawa et Québec se terminera jeudi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer