Aumont avec les White Sox

Le Gatinois Philippe Aumont poursuivra sa carrière dans... (Matt Slocum, Archives AP)

Agrandir

Le Gatinois Philippe Aumont poursuivra sa carrière dans l'organisation des White Sox de Chicago.

Matt Slocum, Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après les Mariners de Seattle, les Phillies de Philadelphie et les Blue Jays de Toronto brièvement, le Gatinois Phillippe Aumont fait maintenant partie de l'organisation des White Sox de Chicago.

Au retour d'un séjour à Taïwan avec l'équipe nationale du Canada, l'artilleur droitier de 26 ans a accepté l'offre d'un contrat d'un an des ligues mineures de cette formation de la Ligue américaine, assujetti d'une invitation au camp d'entraînement de l'équipe en Arizona en février.

«L'opportunité est là d'aller au camp, une fois rendu, si tu lances bien, tout peut arriver et tu peux te tailler une place dans l'alignement. Si ça arrive, tant mieux. Sinon, tant pis», confiait Aumont mardi alors que la nouvelle de sa mise sous contrat était ébruitée sans être annoncée officiellement par les White Sox.

Le club-école de niveau AAA de ces derniers est situé à Charlotte, en Caroline du Nord, un endroit où Aumont a connu du succès lorsqu'il l'a visité avec les IronPigs de Lehigh Valley, filiale des Phillies.

«C'est un beau stade flambant neuf en plein centre-ville, il est superbe. Mais c'est aussi un stade pour frappeurs, il y a des circuits un peu 'cheaps' qui y sont frappés. Si je me retrouve là, il faudra que je garde la balle basse. Si je fais le travail là, je pourrai le faire n'importe où après ça», estime-t-il.

Aumont a indiqué qu'il «n'avait pas eu beaucoup d'intérêt» à poursuivre sa carrière au Japon ou ailleurs en Asie, surtout quand les White Sox en ont manifesté pour ses services, eux.

«Ça faisait une couple de semaines qu'on se parlait et là, ça c'est concrétisé. Ça fait mon affaire», dit-il.

Reste à savoir s'il sera utilisé comme lanceur partant, un rôle qu'il avait retrouvé avec un certain succès la saison dernière, ou encore comme releveur.

«On n'en a pas parlé et ce sera leur choix pendant le camp d'entraînement. J'ai fait les deux pendant les dernières années et ça ne me dérange pas, un ou l'autre», souligne-t-il.

La saison dernière, il avait connu du succès comme partant en début de saison à Lehigh Valley (fiche de 3-4, MPM de 2,35) ainsi qu'aux Jeux panaméricains de Toronto, où il a remporté deux victoires pour aider le Canada à gagner l'or. Sa saison avait cependant basculé lors d'un rappel à Philadelphie où il a connu un départ désastreux contre St. Louis, allouant six points sur deux circuits et sept buts sur balles en quatre manches. Quand les Phillies ont voulu le rétrograder, il a refusé son assignation pour devenir joueur autonome.

Les Blue Jays l'ont alors mis sous contrat pour l'envoyer avec les Bisons de Buffalo, qui l'ont remercié de ses services en août après cinq présences au monticule (fiche de 0-2, MPM de 6,00).

Au tournoi international «top 12» tenu à Taïwan, le gérant d'Équipe Canada Ernie Whitt l'a utilisé en relève puisque d'autres lanceurs étaient plus aptes à lancer comme partant, ayant travaillé dans les ligues d'hiver en République dominicaine, ce qui n'était pas le cas pour Aumont.

«Nous avons connu un bon tournoi, gagnant nos cinq premières parties. On a juste perdu le match qu'il ne fallait pas perdre, un match où on était sur les talons, sans énergie», note-t-il au sujet de la défaite en quart de finale de 4-3 contre le Mexique qui est allée à sa fiche, des erreurs de coéquipiers faisant que deux des trois points qu'il a alloués n'ont pas été mérités.

De passage à Gatineau alors que la huitième édition de son déjeuner annuel au bénéfice du programme sports-études Baseball Gatineau aura lieu samedi de 7 h à midi au club de golf Tecumseh (déjeuner offert gratuitement en échange d'un don monétaire), Phillippe Aumont a l'intention de continuer à lancer tout l'hiver en vue du camp des White Sox. Il considère aussi modifier certains aspects de son entraînement, sans en dévoiler les détails cependant.

«Je regarde une couple de choses au niveau de mon entraînement. Il faut que j'essaie de trouver un moyen d'être constant au cours de toute une saison, au lieu d'avoir un ou deux bons mois, puis ensuite d'avoir des montagnes russes le reste de la saison», confie l'ancien premier choix des Mariners en 2007.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer