Anthopoulos quittera les Blue Jays

Alex Anthopoulos était le dg des Blue Jays depuis... (Archives PC)

Agrandir

Alex Anthopoulos était le dg des Blue Jays depuis 2009.

Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Alex Anthopoulos n'aurait pu recevoir «une offre plus généreuse» et être «traité avec plus de respect» de la part des Blue Jays de Toronto. Ça n'a tout de même pas empêché le Montréalais âgé de 38 ans de quitter son poste de directeur général, qu'il occupait depuis 2009.

«J'ai eu des discussions avec Mark (Shapiro, le nouveau président qui entrera en fonction lundi) et je ne peux dire à quel point j'ai été traité avec dignité, classe et respect, a déclaré Anthopoulos au cours d'une téléconférence, jeudi après-midi. Mark a été super, tout comme les propriétaires, Edward Rogers en tête. J'ai pris seul cette décision. Mark m'a offert toutes les opportunités de demeurer au sein de l'organisation. [...] Ils ont fait en sorte que ç'a été plus difficile de prendre cette décision.»

«Je ne veux pas donner les détails de nos discussions, mais mercredi en fin de journée, j'ai pris ma décision. Je ne croyais pas que de demeurer au sein de l'organisation était la meilleure chose à faire pour moi et les Blue Jays.»

Edward Rogers, le chef de la direction de l'équipe, a confirmé que l'ancien directeur général a refusé une prolongation de contrat de cinq ans, ce qui a agacé Anthopoulos.

Certaines sources affirment que le désir par Shapiro d'avoir une meilleure emprise sur les opérations baseball serait au coeur du litige, ce qu'Anthopoulos s'est efforcé de nier tout au long de ce point de presse.

«Je dirai seulement que j'ai toujours respecté la ligne de commandement, la façon qu'une organisation doit être menée et les positions de tout le monde au sein de l'organisation. En même temps, comme dans tous les domaines, vous évaluez votre environnement de travail... Je sais qu'il y aura de spéculations, mais je ne parlerai pas de ce qui a été dit spécifiquement. Je pense que ça doit demeurer privé.»

«Je pense seulement que ce n'est pas le bon poste pour moi présentement», a répété Anthoupoulos quand les journalistes sont plus tard revenus à la charge.

Rien en vue

À compter de samedi, Anthopoulos se retrouvera sans travail: il n'a pas quitté l'organisation des Jays avec une promesse d'embauche ailleurs dans le baseball majeur.

«Je peux le dire sans équivoque: je n'ai pas de boulot qui m'attend. Mon attention a toujours été entièrement tournée vers les Blue Jays et le sera jusqu'à samedi. J'ai le temps. Je n'ai rien sous le radar pour le moment.»

Même pas le poste au sein des futurs Expos.

«Même si tout arrive tellement vite, je ne pense jamais à mes prochaines tâches ou quelque chose comme ça. Jusqu'à (mercredi) soir, je croyais que j'allais être le directeur général ici pour les prochains 20, 30 ans. J'aimerais que les Expos retournent à Montréal. J'aimerais ça que ça arrive. Ce serait le fun, mais je souhaite seulement le retour d'une équipe à Montréal pour l'instant.»

Dirigeant de l'année

Ironiquement, Anthopoulos a appris quelques instants avant la téléconférence qu'il avait été choisi par ses pairs comme le dirigeant de l'année dans le Baseball majeur, devançant - de loin - Neil Huntington, des Pirates de Pittsburgh.

«Je suis très honoré et reconnaissant. Je partage cet honneur avec le reste du personnel et les joueurs. Ce n'est pas l'affaire que d'un dg.»

Après un bref passage chez les Expos de Montréal, Anthopoulos s'est joint aux Jays à titre de dépisteur. Il a lentement gravi les échelons au sein de l'organisation, devenant l'homme de confiance de Paul Beston, qui lui a confié le poste de directeur général quand il a congédié J.P. Ricciardi en 2009. 

Sous sa gouverne, les Jays ont connu cette saison leur meilleure campagne en 22 ans, participant aux séries éliminatoires pour la première fois depuis leur dernière conquête de la Série mondiale, en 1993. Après avoir écarté les Rangers du Texas, les Blue Jays ont été éliminés en six matchs par les Royals de Kansas City qui ont présentement l'avance 2 victoires à 0 en Série mondiale face aux Mets de New York.

Il a aidé à mettre fin à la disette éliminatoire de l'équipe avec les acquisitions de Josh Donaldson et de Russell Martin dans l'entre-saison, en plus de quelques échanges concluent à la date limite du 31 juillet, notamment les ajouts de l'as partant David Price et de l'arrêt-court étoile Troy Tulowitzki, qui ont permis aux Jays de connaître une deuxième moitié de saison étincelante.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer