Les Blue Jays de retour parmi l'élite

Les Jays ont un bel avenir devant eux,... (Chris Young, PC)

Agrandir

Les Jays ont un bel avenir devant eux, croit Alex Anthopoulos.

Chris Young, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
TORONTO

Le directeur général des Blue Jays de Toronto, Alex Anthopoulos, dit qu'il n'est pas prêt à discuter de son avenir avec l'équipe.

Son contrat viendra à échéance à la fin du mois, mais il a précisé que «ce n'était pas le moment de discuter de cela».

L'architecte de la première formation torontoise à accéder aux séries éliminatoires du Baseball majeur en 22 ans a rencontré les médias lundi, à la suite de l'élimination des siens vendredi. L'équipe a subi une défaite crève-coeur de 4-3 dans le sixième match de la série de championnat de l'Américaine aux mains des Royals de Kansas City.

Anthopoulos a voulu préciser que c'était sa décision de reléguer sa situation contractuelle à l'arrière-plan pendant les séries afin que ça ne devienne pas une distraction. Il négociera avec le futur président Mark Shapiro, qui remplacera Paul Beeston, qui prendra sa retraite, cet hiver.

Le contrat d'Anthopoulos est l'un des nombreux items sur la liste de choses à faire de l'organisation. L'équipe aura à négocier avec quelques agents libres, dont son as partant David price, le droitier Marco Estrada et le releveur Mark Lowe.

Les Jays ont également éprouvé des ennuis à faire marquer ses coureurs pendant la série face aux Royals, terminant avec quatre coups en 41 présences avec des coureurs en position de marquer dans leurs quatre défaites de la série.

«Zéro en 12 dans le match no 6, a fait remarquer Anthopoulos. C'est vraiment ce qui a fait la différence. Nous avons été la meilleure équipe offensive du baseball cette saison et je parierais que nous n'avons pas souvent été 0 en 12, mais ça arrive.»

Anthopoulos a aussi dit que les Royals ont mieux joué que les Jays. «Ils méritent de participer à la Série mondiale.»

Une demi-saison de rêve

Renforcés par les transactions d'Anthopoulos à la date limite, les Jays ont connu une deuxième moitié de saison de rêve.

Les acquisitions de Price, de l'arrêt-court Troy Tulowitzki, du voltigeur Ben Revere, Lowe et du vétéran releveur LaTroy Hawkins ont ajouté à la fois de grosses vedettes et d'importants joueurs de soutien à une formation déjà améliorée l'hiver dernier par l'ajout du receveur québécois Russell Martin et du troisième-but Josh Donaldson, qui sera candidat au titre de joueur par excellence.

Jose Bautista, Edwin Encarnacion et Donaldson ont frappé à eux trois 120 circuits, menant un rôle offensif excitant qui a procuré 10 points ou plus à l'équipe dans 26 rencontres, un record d'équipe.

Les Jays ont mené les Majeures avec une fiche de 48-23 après la pause du match des étoiles et dominé l'Américaine pour les points (405), les circuits (117) et les points mérités (3,33), notamment. L'équipe montrait une fiche de 50-51 à trois jours de la date limite des transactions, le 31 juillet, et occupait la quatrième place dans l'Est, à huit matches de la tête.

Comme l'équipe gravissait les échelons au classement, les foules ont été plus nombreuses au Rogers Centre. L'équipe a joué devant 27 salles combles cette saison, dont 20 de ses 21 dernières rencontres.

S'il n'a pas voulu parler de son contrat, Anthopoulos s'est toutefois dit optimiste pour l'avenir de l'équipe.

«Je pense que nous sommes passés à un autre niveau comme organisation. Je pense que nous sommes en position de gagner pendant longtemps.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer