Sentiment de déjà-vu pour les Torontois

Les Blue Jays de Toronto étaient revenus de... (Associated Press)

Agrandir

Les Blue Jays de Toronto étaient revenus de l'arrière 0-2 lors de leur série de division contre les Rangers du Texas. Ils tentent de faire le même coup aux Royals de Kansas City, qui seront au Rogers Centre lundi soir.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Melissa Couto
Le Droit

(TORONTO) Les Blue Jays de Toronto ne vont pas baisser les bras même s'ils se retrouvent devant un retard de 0-2. Après tout, ils étaient dans la même situation la semaine dernière.

Accusant un retard de 0-2 face aux Rangers du Texas dans leur série de sections, les Blue Jays ont gagné les trois matches suivants pour remporter la série au meilleur de cinq parties et pour atteindre la série de championnat de la Ligue américaine. Et après avoir perdu les deux premiers matches de la série au meilleur de sept face aux Royals de Kansas City, ils se retrouvent dans une position familière.

Cette fois-ci, ils devront venir de l'arrière contre l'équipe qui a compilé la meilleure fiche de l'Américaine. Mais les Blue Jays demeurent confiants.

«Nous sommes venus de l'arrière par le passé, a dit le deuxième-but des Blue Jays Ryan Goins, dimanche. Et puisqu'il s'agit d'une série au meilleur de sept matches, nous sommes encore plus en vie que la dernière fois. Ce sera amusant et je pense que nous pouvons remonter la pente.»

«On dirait que nous sommes meilleurs quand nous sommes en retard 0-2, a dit le premier-but Chris Colabello. C'est comme si nous avions moins de pression. Peu importe la situation, nous allons nous présenter sur le terrain et essayer de trouver un moyen de gagner.»

Le match no3, prévu lundi soir au Rogers Centre, sera le premier de potentiellement trois de suite à Toronto, là où les Blue Jays ont compilé un dossier de 53-28 en saison régulière.

La surface artificielle, le toit rétractable et, bien sûr, les bruyants partisans torontois donnent un véritable avantage du terrain aux Blue Jays.

«Nous sommes confortables à domicile, a dit le voltigeur de centre Kevin Pillar. Nous apprécions l'appui des partisans, nous aimons leur enthousiasme, quand ils sont bruyants. C'est agréable d'être de retour à la maison pour quelques jours, de dormir dans son lit, d'être dans une ville avec laquelle nous sommes familiers, de retomber dans notre routine et de faire les choses que nous aimons faire quand nous sommes chez nous.»

Mais rien de ça ne va aider les Blue Jays s'ils sont incapables de cogner les tirs de l'as des Royals Johnny Cueto, lundi.

Cueto, qui est passé des Reds de Cincinnati aux Royals avant la date limite des transactions, a été brillant lors du match ultime de la série de sections entre les Royals et les Astros. Il avait alors concédé deux points sur deux coups sûrs avant de retirer les 19 derniers frappeurs qu'il avait affrontés.

«Il est un des meilleurs lanceurs dans le baseball, a rappelé le gérant des Blue Jays, John Gibbons. Ils l'ont visé comme le joueur à acquérir avant la date limite des échanges et ils l'ont obtenu pour des matches comme celui-là. Il est le type de lanceur qui peut vous battre simplement avec sa puissance. Quand il est à son meilleur, il est très difficile à battre.»

De leur côté, les Blue Jays compteront sur Marcus Stroman.

Si la foule favorisera les Blue Jays lors des prochains matches, l'histoire donne l'avantage aux Royals.

Depuis l'adoption du format au meilleur de sept matches en 1985, l'équipe qui a gagné le deuxième match de la série de championnat de l'Américaine a atteint la Série mondiale 23 fois sur 29.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer