Au grand plaisir de la foule

Le gérant des Champions Hal Lanier a presque...

Agrandir

Le gérant des Champions Hal Lanier a presque perdu le match en poussant son lanceur Laetten Galbraith à bout.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Ça commençait à être embêtant.

Les Champions d'Ottawa avaient attiré des foules records dans les deux premiers matches d'un splendide week-end où les Goldeyes de Winnipeg étaient en ville, mais ils n'avaient pas réussi à récompenser leurs partisans avec une victoire.

Devant la plus imposante foule de la saison hier, ils ont rectifié le tir en l'emportant de justesse au compte de 7-6. Ils étaient 4081 spectateurs dans les estrades du stade RCGT sur le bout de leur siège en fin de neuvième manche quand les Goldeyes ont placé le point égalisateur au troisième but avec seulement un retrait.

Mais le pompier des Champions, Alan DeRatt, a éteint le feu en retirant un frappeur au bâton et en forçant le dernier espoir des Goldeyes à frapper un ballon au champ centre. La victoire a permis aux Ottaviens de garder leur avance d'un demi-match sur les Aigles de Trois-Rivières qui reluquent le quatrième et dernier rang qui donne accès aux séries éliminatoires.

«Nous avons joué du gros baseball devant une grosse foule. Ça fait du bien de les envoyer à la maison avec la saveur d'une victoire. Il fallait absolument gagner», a déclaré le gérant Hal Lanier, soulagé d'avoir évité le balayage contre son ancien club de l'Association américaine.

Tactique risquée

Dans l'abri des joueurs, le vieux routier avait une patate chaude entre les mains pendant ce match où les deux clubs se sont partagé des avances. Après une cinquième manche qui avait vu Sébastien Boucher cogner un circuit de deux points qui donnait une avance de 3-2 aux locaux, il a vu son lanceur Laetten Galbraith commencer à montrer des signes inquiétants en sixième manche. Normalement, il l'aurait retiré du match, mais Lanier ne pouvait pas s'empêcher de penser aux deux programmes doubles que ses joueurs devront jouer aujourd'hui et demain à Sussex. Il tenait à conserver les bras de ses releveurs pour ces matches cruciaux de la course aux séries éliminatoires.

«Laetten éprouvait des maux de ventre, mais il n'avait pas encore effectué beaucoup de lancers. Je voulais qu'il nous donne au moins une autre manche.»

La tactique a failli lui coûter le match parce qu'après trois coups sûrs et une erreur, les Goldeyes avaient repris les devants 5-3.

Heureusement, les Champions n'ont jamais abandonné. À leur tour au bâton, ils ont frappé quatre coups sûrs consécutifs après deux retraits et une erreur a presque vidé les buts. Après six manches, les locaux menaient 7-5.

Avec un coussin de deux points, Galbraith est revenu en septième manche pour retirer les Manitobains dans l'ordre, puis les rois de l'enclos, Tyler Wilson et Alan DeRatt, ont fermé les livres.

Sur la butte, Galbraith pensait aussi aux cinq matches en trois jours qui attendent les Champions à Sussex. «Je me sentais mal. J'étais déshydraté, mais je pensais au défi qui s'en vient et il fallait que je fasse le travail en donnant tout ce que j'avais. Mon bras était bien et je voulais me rendre à Wilson et DeRatt.»

Plus de 10 500 spectateurs ont franchi les tourniquets du stade RCGT ce week-end alors que l'engouement pour l'équipe qui se bat pour une place dans les séries prend de l'ampleur. Il restera six matches à domicile aux Champions après leur série cruciale contre Sussex cette semaine. Les Grays de Garden State seront les prochains visiteurs à partir de vendredi.

jfplante@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer