Les Champions poussés à bout par les arbitres

Les Goldeyes ont réussi à prendre avantage du... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Les Goldeyes ont réussi à prendre avantage du jeune partant des Champions, Nate Baker, très rapidement. Ils ont inscrit cinq points dans les deux premières manches.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le mot commence peut-être à se passer. Il y a un club de baseball professionnel à Ottawa et le club en question est impliqué dans une course aux séries éliminatoires.

C'était peut-être simplement le beau temps, aussi. Les gens se sont peut-être bousculés aux portes du Parc RCGT pour bien entreprendre une des dernières belles fins de semaine de l'été.

Toujours est-il qu'il y avait du monde au stade, vendredi.

3111 personnes, pour être précis. La quatrième plus grosse foule de la saison des Champions.

Les fans sont restés jusqu'à la fin. Ils n'ont pas obtenu le résultat qu'ils voulaient. En frappant trois coups sûrs en neuvième manche, les Goldeyes de Winnipeg ont réussi à inscrire le point qui leur a permis de l'emporter 6-5.

Certains devaient donc être déçus en partant.

Ils ne devaient cependant pas être aussi déçus que le gérant des Champions, Hal Lanier. Lui, il était carrément en colère.

«Il y a un truc que je dois vous dire. Je ne me souviens pas de la dernière fois où j'ai vu un match de baseball aussi mal arbitré», a-t-il craché quand les journalistes se sont rassemblés dans son bureau en fin de soirée.

«L'officiel au marbre a pris la mauvaise décision sur au moins 10 ou 12 lancers. C'est terrible. Terrible! Je ne peux pas accepter cela. Quatre mauvaises décisions par soir, dans le baseball indépendant, c'est acceptable. Pas plus. Ce soir, les erreurs d'arbitrage ont permis aux Goldeyes de marquer au moins trois points. Trois points», a-t-il enchaîné.

À 73 ans, avec toute l'expérience qu'il a accumulée durant sa carrière, Lanier perd rarement son sang-froid.«J'ai été patient avec les officiels tout au long de la saison. Mais là, c'est trop.»

«Vous avez vu comme moi Luis Alen, le vétéran receveur de Winnipeg, se quereller avec l'arbitre au marbre en fin de rencontre. Quand les deux équipes critiquent l'arbitrage le même soir, elles ont généralement raison», a-t-il complété.

À son casier, non loin de là, le voltigeur franco-ontarien Sébastien Boucher a bien entendu la sortie de son patron. «Il a bien fait de s'exprimer ainsi. Ce qu'il pense, nous le pensons tous. C'est bien. Il résume la frustration de tous les joueurs dans notre vestiaire.»

Les Champions étaient quand même fiers du travail qui a été accompli dans cette défaite. En début de soirée, on ne s'attendait pas à ce que ce soit un match serré.

Les Goldeyes ont réussi à prendre avantage du jeune partant des Champions, Nate Baker, très rapidement. Ils ont inscrit cinq points dans les deux premières manches.

Josh Mazzola, un cogneur de puissance de Winnipeg, a réussi dès son premier tour au bâton quelque chose que très peu de joueurs de la Can-Am ont pu faire depuis le début de l'été. Il a fait passer une balle par-dessus la clôture du champ centre.

«Nous avons réussi à revenir dans le match parce que les gars n'ont pas lâché. On peut dire cela de Nate, aussi. Il a mal débuté la partie, mais il ne leur a pas donné grand-chose par la suite.»

Lanier espère malgré tout que ses joueurs passeront l'éponge rapidement. La série contre Winnipeg se poursuit ce week-end.

La prévente de billets étant excellente, le record d'assistance de 3876 amateurs pourrait être fracassé dimanche après-midi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer