Granier livre la marchandise pour les Champions

Nick GiarraputoChampionsBaseballOttawaEtienne Ranger LeDroit...

Agrandir

Nick GiarraputoChampionsBaseballOttawaEtienne Ranger LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le lanceur cajun des Champions d'Ottawa est en train de retrouver sa forme des beaux jours. Juste à temps.

Drew Granier, qui est originaire de la petite ville de Thibodaux, en Louisiane, a grimpé sur la butte pour le troisième match de la série contre les Grays de Garden State, jeudi soir. C'était un match important, puisque les Champions devaient absolument l'emporter pour gagner leur série contre le club qui traîne dans la cave du classement de la Ligue Can-Am.

Granier a livré la marchandise. Il a été le joueur du match dans une victoire de 3-0.

On pourrait même aller jusqu'à dire qu'il dépasse les attentes. Lorsqu'il est rentré au vestiaire, au terme de la cinquième manche, il avait concédé un seul coup sûr au club visiteur.

«On lui avait imposé une limite de lancers pour cette partie. J'aurais pu le retirer du match un peu plus tôt car je commençais à le sentir fatigué. Il tenait à compléter la cinquième manche», a expliqué, en fin de soirée, le gérant d'Ottawa, Hal Lanier.

Granier était rouillé. Il n'avait pas obtenu un seul départ dans le dernier mois. Une blessure au muscle oblique externe de l'abdomen, subie de façon bête durant un exercice au bâton, l'a contraint au repos forcé à la mi-juillet.

«La bonne nouvelle, c'est que mon muscle oblique ne me fait pas mal. J'ai quitté la partie ce soir parce que mon bras était fatigué. Il était fatigué parce que je n'ai beaucoup lancé dans le dernier mois», explique le droitier.

On vous le disait en début de texte. Granier est un authentique Cajun. Dans la ville où il a grandi, on peut toujours trouver des gens qui s'expriment en français.

«Mon père parle français. Ma grand-mère aussi. Quand nos voisins nous rendent visite, ils nous parlent français. Moi, je peux comprendre pas mal tout ce qu'ils disent... Sauf quand ils s'emballent et qu'ils se mettent à parler très rapidement.»

Si sa courbe continue de bien le servir, Granier aura sans doute la chance de lancer un peu plus longtemps dans son prochain départ.

Les Champions ont misé tout au long de la saison sur un solide duo de partants. Le gaucher Andrew Werner et le droitier Wilmer Font, qui ont tous les deux lancé - très brièvement - dans les majeures, ont fait leur travail.

Granier, un ancien espoir des As d'Oakland au niveau AA, devait occuper le rôle de numéro trois.

De gros attrapés

Jeudi, le Cajun a été bien appuyé par ses coéquipiers. Trois releveurs ont été utilisés à compter de la sixième manche pour préserver son blanchissage.

«J'ai déjà vu de bons matches défensifs. Mais ce soir, c'était spécial. Tout le monde a contribué», souligne Lanier.

Les 2180 spectateurs réunis au Parc RCGT ont réservé deux ovations debout à l'équipe locale, jeudi.

Ils ont d'abord applaudi à tout rompre le voltigeur de gauche Tyler Heil pour un spectaculaire attrapé en plongeant qui a mis un terme à la septième manche des Grays.

Ils ont réservé le même traitement au voltigeur de droite Chris Winder, pour la même raison, en huitième.

Le plus drôle, dans tout ça? Heil n'avait jamais joué dans le champ extérieur avant cette semaine.

«Pour être franc, je m'attendais à lancer cette saison. On m'a utilisé à l'avant-champ. Maintenant, je suis voltigeur. C'est une bonne histoire», reconnaît le joueur de 28 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer