Dieu et merci

Pedro Martinez avait choisi deux mots pour son... (Associated Press)

Agrandir

Pedro Martinez avait choisi deux mots pour son discours: Dieu et merci.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Daigle
La Presse Canadienne
COOPERSTOWN

Tout au long de sa carrière, Pedro Martinez a été flamboyant. Son discours d'intronisation au Temple de la renommée du baseball a été livré de la même façon, devant une foule en liesse, composée de plusieurs milliers de Dominicains.

Martinez, complet bleu orné des armoiries de la République dominicaine et des États-Unis et portant une cravate aux couleurs de son pays - bleu, rouge et blanc -, avait choisi deux mots pour son discours: Dieu et merci.

Très croyant, le deuxième Dominicain seulement à être admis à Cooperstown a d'abord remercié Dieu, «qui est la raison pour laquelle nous sommes tous ici». Mais par la suite, il a remercié les gens qui l'ont aidé au cours de sa carrière, et Montréal a occupé une bonne part de ses remerciements.

Il a d'abord remercié Dan Duquette, le directeur général «assez fou pour transiger deux fois pour obtenir mes services, et que j'ai fait bien paraître les deux fois!».

Puis, il a enchaîné avec Felipe Alou et l'instructeur Tommy Harper, qui était sur place. C'est ensuite qu'il a remercié les partisans et Montréal, au grand plaisir des quelques centaines d'amateurs montréalais sur place, un peu noyés dans la «mer Dominicaine».

Présence sentie

Pour la première fois de son histoire, le Temple de la renommée a accueilli trois lanceurs la même année et pour la première fois depuis 1955, quatre nouvelles plaques orneront la galerie dédiée aux immortels du baseball.

Craig Biggio, Randy Johnson, John Smoltz et Martinez ont été intronisés devant plusieurs dizaines de milliers de spectateurs. Parmi eux, plusieurs Dominicains, qui ont animé l'atmosphère de leurs cris et leurs chants, et les centaines de partisans des Expos, venus acclamer Martinez, mais aussi plaider la cause de Tim Raines auprès des médias sur place.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, n'a pas manqué d'aller les saluer. Il a profité de l'occasion pour mousser l'idée d'un retour du baseball majeur à Montréal.

«Dans ma tête, ce n'est pas un si, c'est un quand, les Expos de Montréal», a-t-il déclaré lors d'un point de presse en marge de la cérémonie d'intronisation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer