L'année de Philippe Craig-St-Louis

Philippe Craig-St-Louis ignorait que le Réseau du baseball... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Philippe Craig-St-Louis ignorait que le Réseau du baseball canadien récompensait chaque année son meilleur joueur, avant de lui-même gagner le titre en question.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La nouvelle est passée inaperçue parce qu'elle est tombée la veille de Noël, mais un Gatinois a reçu un beau cadeau-surprise lorsqu'on l'a coiffé du titre de joueur par excellence du Réseau du baseball canadien en 2014.

Attribué pour la première fois il y a 15 ans, ce titre n'avait jamais été accordé à un joueur québécois. Pour vous donner une idée de la grandeur de l'exploit réalisé par Philippe Craig-St-Louis, sachez qu'il a été sélectionné parmi les 802 joueurs de baseball canadiens qui évoluent principalement dans les réseaux collégiaux ou universitaires américains.

Sur les bulletins de vote, son choix a été presque unanime. Le joueur étoile des Trojans de Seminole State a récolté 50 votes de première place sur une possibilité de 59. Il a entre autres devancé le lanceur gaucher Ryan Kellogg, récipiendaire du titre en 2013.

«Ce titre m'a pris par surprise. Je ne savais même pas qu'il existait! Mais j'ai regardé la liste des candidats et elle était vraiment impressionnante. Je ne sais pas si ça va changer quelque chose pour le prochain repêchage du baseball majeur, mais le titre va certainement me donner de la visibilité», a indiqué le Gatinois de 20 ans.

À sa deuxième saison en Oklahoma, Craig-St-Louis a frappé avec constance, mais surtout avec puissance. Il a maintenu une moyenne au bâton de ,352 avec 15 doubles, trois triples et 10 coups de circuit. Il a aussi fait produire 49 points en 57 parties. Après sa saison, il est rentré à la maison où il a frappé pour ,330 avec 10 doubles et cinq circuits en 33 parties avec le Hull-Volant de Gatineau dans la Ligue de baseball junior élite du Québec.

Les prouesses de Craig-St-Louis ont ouvert les yeux d'une autre université prestigieuse pendant l'année 2014. À la recherche d'un frappeur de puissance gaucher, il a été recruté par les Ducks de l'Université de l'Oregon pour y disputer sa saison junior. Les Ducks évoluent en première division de la NCAA. Il sera le premier Québécois de l'histoire à porter leurs couleurs. La vie de joueur de baseball universitaire compte certains avantages. La preuve, c'est que le cogneur de 6'0'' et 205livres commencera sa saison dans un mois à Hawaï.

«C'est un tournoi pour amorcer notre saison à la mi-février. Je suis tombé dans un très bon programme de baseball! Le propriétaire de Nike a relancé le programme en Oregon. Mettons que nous avons un bon budget!»

Comment a-t-il fait pour se retrouver là-bas?

«Ils m'ont approché pour me dire que je comblais un besoin dans leur équipe. Ils étaient prêts à m'offrir une bonne bourse d'études. Ils ont l'intention de me faire jouer au champ droit ou au champ gauche. Ils aiment la qualité de mon bras et ma puissance au bâton. Présentement, ils m'ont inséré au troisième rang du rôle des frappeurs. Nous avons encore un mois pour nous préparer au début de la saison. J'ai hâte de voir ce que ça va donner.»

Philippe Craig-St-Louis espère que l'année 2015 sera la bonne au niveau du repêchage du baseball majeur. Si sa saison s'étire, il pourrait toutefois ne pas être de retour dans la formation du Hull-Volant l'été prochain. «Ça va dépendre de la longueur de ma saison. Si elle dure six mois ou plus, je vais peut-être vouloir reposer mon bras. Sinon, je serai de retour et je suis convaincu que nous allons enfin faire partie des séries éliminatoires.»

jfplante@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer