Le scénario de rêve de Boucher devient réalité

La venue de Sébastien Boucher à Ottawa n'est... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

La venue de Sébastien Boucher à Ottawa n'est pas une grande surprise.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Comme coup de marketing, les Champions d'Ottawa pouvaient difficilement faire mieux que d'offrir leur premier contrat à Sébastien Boucher.

Le voltigeur de centre de 33 ans est natif de Hull, mais à 10 ans, il a déménagé dans le quartier Overbrook d'Ottawa à cinq minutes du stade de la rue Coventry. Sébastien Boucher n'est pas un joueur local comme les autres. La saison dernière, avec les Capitales de Québec, il a été le champion frappeur de la Ligue Can-Am avec une moyenne de ,366.

L'arrivée de Boucher à Ottawa représente le scénario rêvé pour les deux clans. Commissaire de la Cam-Am et actionnaire majoritaire des Champions, Miles Wolff était fier de rapatrier le joueur vedette chez lui pour qu'il puisse venir y terminer sa carrière à titre de joueur/entraîneur.

«Sébastien Boucher, à plusieurs égards, a été le meilleur joueur de notre ligue l'an dernier. Il enseigne le baseball à Gatineau dans la saison morte. Il a son académie de baseball ici. La première pièce de notre équipe est un joueur étoile.»

Pour obtenir ses droits des Capitales, les Champions ont cédé un releveur de premier plan qu'ils venaient d'acquérir deux jours plus tôt. Derrick Miramontes est passé à Québec. Dans la même transaction, Ottawa a obtenu le joueur d'utilité Mike Provencher. En 515 matches dans les ligues mineures, il a frappé pour une moyenne de ,282.

Pas une surprise

La venue de Sébastien Boucher à Ottawa n'est pas une grande surprise. Après avoir gagné cinq championnats en six saisons à Québec, le voltigeur avait déjà fait ses adieux aux partisans de la Vieille-Capitale à la fin de la dernière saison. Pour lui, le temps était venu de boucler la boucle avec un retour aux sources.

«Je remercie les Capitales de me donner l'occasion de rentrer à la maison. Depuis que j'ai entendu parler du retour possible du baseball à Ottawa, mon but était de revenir ici auprès de ma famille», a dit le père de famille de deux enfants qui habite maintenant le secteur Orléans d'Ottawa.

Une passion pour les Lynx

Jeune, il a développé sa passion pour le baseball en venant voir les matches des Lynx d'Ottawa, alors le club-école des Expos de Montréal.

«Quand je n'avais pas assez d'argent ou quand les billets étaient tous vendus, je regardais les matches entre les grillages de la clôture! C'était fantastique comme ambiance et j'aimerais contribuer à la faire revivre. Il est temps que les gens d'ici connaissent le joueur que je suis. Je veux jouer pendant au moins deux autres saisons. Après, c'est mon corps qui va dicter si je peux continuer.»

En six saisons à Québec, Boucher a maintenu une excellente moyenne au bâton de ,319. Le choix de septième ronde des Mariners de Seattle du repêchage de 2004 espère avoir un autre championnat des frappeurs dans le corps!

«J'aimerais répéter ma dernière saison. Le stade est plus gros ici et il y a plus de place pour que les balles tombent dans les allées. C'est bon pour les frappeurs.»

Et le nom «Champion», ce sera lourd à porter? Pas du tout, signale Boucher.

«Je suis déjà un champion! Tout ce que j'ai fait, c'est d'amener le nom avec moi!»

Jfplante@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer