Shapovalov prolonge son aventure

Denis Shapovalov accède aux demi-finales de la Coupe... (La Presse canadienne, Paul Chiasson)

Agrandir

Denis Shapovalov accède aux demi-finales de la Coupe Rogers grâce à une victoire contre le Français Adrian Mannrino.

La Presse canadienne, Paul Chiasson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse Canadienne
Montréal

La magnifique aventure du Canadien Denis Shapovalov à la Coupe Rogers va se poursuivre pendant au moins une journée.

Après un départ léthargique, Shapovalov a livré une autre inspirante bataille sur le court central du Stade Uniprix vendredi soir, et il a renversé le Français Adrian Mannarino en trois manches de 2-6, 6-3, 6-4.

Après une lutte de 2h25, Shapovalov a ainsi mérité son billet pour les demi-finales où il affrontera, samedi soir, le vainqueur de l'affrontement entre l'Allemand Alexander Zverev et le Sud-Africain Kevin Anderson, présenté plus tard vendredi.

Il est aussi devenu le plus jeune demi-finaliste dans l'histoire des Masters 1000.

Cette victoire de Shapovalov est venue contre un rival qui avait passé quatre heures trois minutes sur le court sans perdre une seule manche depuis le début du tournoi, incluant lors de son duel de deuxième tour contre Milos Raonic. Pendant ce temps, le Canadien de 18 ans avait passé presque sept heures sur le terrain, tout ça lors de trois jours consécutifs.

Début de match difficile

D'ailleurs, peut-être que tout ce labeur pouvait expliquer pourquoi Shapovalov n'a ressemblé en rien en début de match au joueur qui avait maintes fois déstabilisé Rafael Nadal la veille.

D'entrée, Shapovalov a concédé les quatre premiers jeux, lors desquels il n'a inscrit que six points. À un certain moment, Mannarino a récolté 14 points sur 15.

Le Canadien a finalement brisé la glace au cinquième jeu, à son service. Mais encore là, ce ne fut pas facile alors qu'il a dû effacer cinq balles de bris pour y arriver.

Sans accorder une seule chance de bris, Mannarino a bouclé la première manche en 39 minutes et a continué de livrer du tennis solide en première moitié de deuxième manche, bien que l'on sentait que Shapovalov commençait à se détendre et à jouer de manière plus relâchée.

Les résultats pour le Canadien sont venus lors du sixième jeu, après une pause d'une dizaine de minutes à cause de la pluie.

Au service, le Français de 29 ans s'est retrouvé en déficit 15-40 et a commis une double faute à la première balle de bris.

Cette bourde a réveillé la foule, plutôt docile jusque-là. Elle permettait surtout au Canadien de se bâtir un coussin de 4-2. Il a su le protéger pour forcer la tenue d'une troisième manche grâce à un délicat coup droit en parallèle le long de la ligne que même Mannarino a applaudi.

Au troisième set, Shapovalov s'est donné l'avantage en brisant son rival lors du troisième jeu, mais il l'a aussitôt perdu à la suite de plusieurs de ses propres erreurs. Shapovalov a toutefois réalisé quelques bijoux, notamment pour porter le score 4-4 lorsqu'il a logé un revers en croisé, d'une position difficile au fond du court, que Mannarino n'a eu d'autre choix que d'admirer et même applaudir, une fois de plus.

Shapovalov a arraché le bris décisif lors du neuvième jeu, à la suite d'une erreur au coup droit de Mannarino, et il a mis fin au duel à sa première balle de match grâce à un service que le Français n'a pu maîtriser.

« "Rafa" ne va jamais te donner un match » - Federer

Roger Federer a mérité sa place en demi-finale de la Coupe Rogers, vendredi après-midi à Montréal. Mais après sa victoire de 6-4 et 6-4 en 68 minutes contre l'Espagnol Roberto Bautista Agut, il a répondu à plus de questions sur un match auquel il a assisté du confort de sa chambre d'hôtel, la veille, que sur celui qu'il venait de disputer.

La deuxième tête de série du tournoi n'a pas pu éviter le sujet de l'heure au Stade Uniprix : la prestation du Canadien Denis Shapovalov contre Rafael Nadal, jeudi soir.

«Ce fut un match fabuleux. Il a été fantastique pour les fans ici à Montréal et au Canada, et aussi pour Denis. Il a joué un match extraordinaire. Oui, il n'avait rien à perdre. Mais "Rafa" ne va jamais te donner un match. Il faut toujours aller le chercher. Il l'a fait. C'est bon pour lui. C'est bon pour le tennis aussi. Quand un jeune joueur de 18 ans bat une légende comme "Rafa", c'est toujours bon pour le tennis parce que vous parlez d'autres joueurs», a noté le Suisse de 36 ans, qui croisera le fer en demi-finale avec le Néerlandais Robin Haase, vainqueur 4-6, 6-3 et 6-3 de l'Argentin Diego Schwartzman.




À lire aussi

  • Concert de louanges pour Shapovalov

    Tennis

    Concert de louanges pour Shapovalov

    Si Denis Shapovalov a créé un engouement au Québec et au Canada par son jeu et sa personnalité, il a ouvert les yeux d'au moins un citoyen du sud de... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer