Dernière visite de Shapovalov?

Au rythme où Denis Shapovalov grimpe le classement... (Simon Séguin-Bertrand, Le Droit)

Agrandir

Au rythme où Denis Shapovalov grimpe le classement mondial de l'ATP, il serait surprenant de le revoir dans un autre tournoi à Gatineau.

Simon Séguin-Bertrand, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jeune phénomène du tennis canadien, Denis Shapovalov commence à être connu à Gatineau.

Cette semaine, au Challenger de Gatineau, il attaque déjà son quatrième tournoi professionnel en sol outaouais sans compter sa présence  remarquée à la Coupe Davis à Ottawa en février dernier.

À en juger par les gradins bien garnis à son match d'ouverture mardi soir contre son compatriote Philip Bester, il faut aussi croire que les Gatinois l'ont adopté.

À sa première présence aux Futures de Gatineau à 16 ans, il était 778e au monde. Maintenant rendu à 18 ans, il occupe le 161e rang mondial. Dans la région, il a fait une demi-finale au Challenger l'été dernier. Il a enchaîné en remportant les Futures à la Sporthèque cet hiver.

Au rythme effréné où il progresse, il pourrait bien s'agir de sa dernière présence dans un tournoi gatinois. Des tournois du circuit de l'ATP meubleront bientôt son horaire.

« Ce n'est vraiment rien contre Gatineau, mais ça pourrait effectivement être mon dernier tournoi ici. On ne sait jamais ce que l'avenir nous réserve, mais au rythme où j'ai bondi au classement, qui sait où je serai rendu dans quelques mois », s'est-il demandé avant sa victoire en double avec Filip Peliwo mercredi soir.

Champion junior à Wimbledon en 2016, le Torontois est retourné sur le gazon de Londres alors que les organisateurs du célèbre tournoi du Grand Chelem lui ont ouvert leurs portes en lui offrant un laissez-passer pour accéder au tableau principal chez les messieurs.

Auparavant, il avait participé à trois tournois majeurs sur pelouse en Grande-Bretagne où il s'était très bien débrouillé avec six victoires et trois défaites. « C'est un ratio de deux pour un. C'est excellent. J'adore jouer sur du gazon. J'aime jouer à Londres. C'était ma première série de tournois sur gazon chez les professionnels et j'ai pu y jouer beaucoup de matches. »

Retour à Wimbledon

C'est pendant un tournoi à Londres qu'il a reçu son invitation au tableau principal de Wimbledon. « Je venais de gagner un match contre Kyle (Edward, un Britannique classé 47e au monde). Le lendemain, j'ai eu mon invitation. C'est un privilège immense d'avoir obtenu ce laissez-passer parce que mon classement n'est pas encore assez élevé pour prendre part aux qualifications. »

À Wimbledon, contre le Polonais Jerzy Janowicz, il a disputé un match très serré, mais le vétéran s'est imposé en quatre manches. « La différence aura été deux ou trois coups qu'il a mieux réussis que moi. J'espère pouvoir retourner à Wimbledon grâce à mon classement l'an prochain. »

En attendant, il va encore jouer dans quelques tournois du circuit Challenger comme celui de Gatineau où il doit défendre ses points acquis avec son carré d'as de 2016. 

Motivation élevée

Difficile de se motiver dans un tournoi d'un circuit mineur après avoir joué devant une salle comble à Wimbledon ?

« Pas du tout ! Ça me motive à travailler davantage pour y retourner. J'ai eu la chance de goûter à un Grand Chelem. Maintenant, je vais tout faire pour m'accrocher dans les matches difficiles parce que ça prend des victoires pour améliorer son classement. »

Le grand gaucher avoue que sa progression s'est effectuée plus vite qu'il ne l'avait anticipée, surtout qu'il a vraiment commencé à jouer chez les professionnels l'an dernier.

Il semblait d'ailleurs sous le choc quand Le Droit lui a énuméré ses positions au classement à chacune de ses visites gatinoises. 

« Ça frappe l'imaginaire quand vous me parlez des rangs que j'ai occupés à chacun de mes passages ici, mais je suis encore loin de mon objectif. J'ai du travail à faire pour entrer dans le top-10 au monde. »

Shapovalov disputera son match de deuxième ronde sur le court central jeudi soir contre l'Australien Max Purcell, un jeune joueur de 19 ans.

Wozniak a été expéditive contre Bovina

Pendant un certain temps, on se serait cru quelques années en arrière pendant le duel entre la Québécoise Aleksandra Wozniak et la Russe Elena Bovina.

Les deux joueuses ont déjà fait partie du top-25 mondial avant d'être ralenties par des blessures sérieuses. Les deux joueuses expérimentées ont échangé des balles de feu sur le court central du parc de l'île, mais sans doute plus avancée dans son processus de retour au jeu, Wozniak n'a pas fait de quartier. L'ancienne #21 a eu raison de l'ancienne #14 en deux manches de 6-1 et 6-2. La grande Russe de 6'2'' a été incapable de gagner un jeu avec son service. Elle a récolté ses trois seuls jeux en brisant le service de Wozniak. Celle-ci s'est imposée en variant ses coups et elle a été incisive avec ses coups droits qui ont rasé les lignes de jeu pendant tout le match et qui n'ont laissé aucune chance à son opposante.

« J'ai joué la balle profondément et en puissance. On frappait la balle durement toutes les deux. Nous savons que dans le tennis d'élite, le jeu va plus vite et c'est ce que nous avons fait. Elena n'a pas joué du mauvais tennis. J'ai juste mieux joué qu'hier », a dit celle qui a déjà vaincu une joueuse mieux classée que l'ancien 14e rang de Bovina pendant ses bonnes années.

Peut-on vraiment oublier une victoire contre Serena Williams ?

En quart de finale, vendredi soir, Wozniak affrontera la Japonaise Mayo Hibi, 250e mondiale et troisième tête de série.

Ailleurs jeudi, le jeune Ontarien Brayden Schnur a bien failli causer la surprise du tournoi alors qu'il tenait le favori dans les câbles. Schnur avait même une balle de match avec une avance de 7-6 et 5-4, mais le Tunésien Malek Jaziri est revenu de l'arrière pour gagner la deuxième manche au bris d'égalité et la troisième manche 6-1.

Champion du tournoi de Winnipeg dimanche, Blaz Kavcic n'a pas pu renverser la vapeur après avoir perdu une première manche au bris d'égalité contre l'Indien Yuki Bhambri. Il a déclaré forfait en deuxième manche après avoir souffert de douleurs. Kavcic avait vaincu le Canadien Peter Polansky en finale. Ce dernier jouera son deuxième match à 12 h 30 jeudi contre le qualifié J.C. Aragone.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer