Challenger Banque Nationale de Gatineau: quand le feu brûle encore

Elena Bovina s'est imposée 6-1 et 6-4 lundi... (Martin Roy, Le Droit)

Agrandir

Elena Bovina s'est imposée 6-1 et 6-4 lundi dans son match de premier tour contre la Slovaque Zuzana Zlochova (483e).

Martin Roy, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le forfait tardif  de quelques joueuses d'élite a affaibli le tableau féminin au Challenger Banque Nationale de Gatineau cet été.

L'Australienne Olivia Rogowska est la joueuse la mieux classée en Outaouais cette semaine. Si elle a déjà occupé le 102e rang mondial en 2011, elle se trouve aujourd'hui au 234e rang.

Même la Québécoise Aleksandra Wozniak sera la sixième favorite du tournoi même si elle est classée 322e. L'occasion semble idéale pour que cette ancienne 21e joueuse mondiale amasse de précieux points de la WTA au cours des prochains jours. Son premier test sera la Britannique Katie Swan mardi avant-midi sur le court central. Âgée de 18 ans, elle est 358e au classement mondial.

La majorité des joueuses inscrites au tournoi gatinois doté d'une bourse e 25 000 $ US sont des jeunes qui tentent de se frayer un chemin vers des tournois plus relevés. Or, il existe quelques exceptions à la règle. Âgée de 29 ans, Aleksandra Wozniak n'est pas la seule à tenter un retour au jeu après avoir souffert de problèmes de santé.

La Russe Elena Bovina est au parc de l'Île cette semaine même si elle a déjà occupé le 14e rang mondial... en 2005. Âgée de 34 ans, la grande droitière de 6'2'' a été inactive pendant trois saisons complètes entre 2012 et 2015. Blessée au dos, aux hanches et à l'épaule, elle a été contrainte au repos forcé et doit maintenant refaire son classement pour la deuxième fois de sa carrière.

Devenue 980e au monde, ce n'est pas un hasard si elle s'est inscrite à une série de tournois canadiens cet été. Ancienne championne du Challenge Bell de Québec en 2002, elle a trouvé l'amour dans la Vieille Capitale. Elle y a même établi sa résidence. Depuis un an, elle possède la citoyenneté russe et canadienne.

Plus jeune, elle avait été habituée au glamour des grands tournois aux gradins bondés. Son meilleur résultat en grand chelem a été un quart de finale à l'Omnium des États-Unis. En fin de semaine dernière, elle a cependant dû gagner deux matches de qualification devant une demi-douzaine de spectateurs sur un terrain secondaire du parc de l'Île.

« Mon retour au jeu, si je peux l'appeler ainsi, se fait sur une base plutôt modeste. Je n'ai pas d'attentes particulières. Pour l'instant, je me sens bien et je veux voir comment mon corps va réagir à la compétition. Je veux voir si j'ai encore le feu sacré pour me pousser davantage. Si je m'amuse semaine après semaine et que je me débrouille bien dans les Challengers, je vais poursuivre. Pour le moment, ça va. »

N'allez pas croire que Bovina s'ennuie de se retrouver sur les feux des projecteurs. « C'est la deuxième fois que je dois tout reprendre à zéro. J'ai l'habitude. La dernière fois, je ne me suis pas mise à gagner sur-le-champ. Je n'essaie pas d'attirer l'attention vers moi. En fait, j'aime passer incognito. Ça ne me dérange pas que les gens ne suivent pas mes matches. Ça me permet de rester concentré sur ce que j'ai à faire. Tout ce qui m'intéresse, c'est de voir comment je me sens et il n'y a pas mieux que des tournois challengers pour ça. »

Il n'est donc pas question de penser aux tournois majeurs de la WTA à court terme. « Je viens de gagner deux matches de suite en qualifications, c'est déjà excellent. À Winnipeg, j'en avais gagné un avant d'être éliminée dans un long match de trois heures et quart. Je ne m'impose aucune pression pour gagner un tournoi. C'est la pire approche. Il faut laisser les titres arriver d'eux-mêmes. »

Bovina s'est imposée 6-1 et 6-4 lundi dans son match de premier tour contre la Slovaque Zuzana Zlochova (483e).

Les derniers titres de Bovina remontent à 2012. Dans son dernier match de qualification, elle a justement vaincu une autre ancienne gloire du tennis féminin. Alexandra Stevenson roule encore sa bosse à 36 ans. Rendue 607e au monde, elle a atteint un sommet en 2002. Une demi-finale à Wimbledon l'avait propulsé jusqu'au 18e rang.

À Gatineau, les amateurs de tennis seront donc témoins des deux extrêmes cette semaine : des vedettes en devenir ou des anciennes étoiles qui tentent de retrouver leurs lustres après avoir soigné des blessures majeures.

Les vedettes font leur entrée

La première ronde du Challenger de Gatineau a débuté lundi avec les premiers matches en simple et en double autant chez les hommes et chez les dames, mais la première journée officielle du tournoi a été plutôt tranquille.

Favori chez les hommes, le Tunésien Malik Jaziri n'a fait qu'une bouchée de l'Américain Daniel Nguyen dans le match vedette de la soirée. Le 77e joueur mondial s'est imposé en deux manches de 6-1 et 6-0. Chez les Canadiens, Steven Diez et Leylah Fernandez ont déjà subi l'élimination dans leurs tableaux respectifs alors qu'en double, le duo de Denis Shapovalov et de Filip Peliwo est passé au deuxième tour avec une victoire serrée en trois manches contre les Québécois Samuel Monette et Hugo Di Feo. Toujours en double, Steven Diez pourra poursuivre son tournoi puisqu'il a gagné son match de premier tour avec Brayden Schnur. Chez les dames, le duo canadien d'Isabelle Boulais et d'Alexandra Vagramov a aussi franchi la première ronde avec succès.

Mardi, les amateurs de tennis verront la majorité des gros noms  faire leur entrée au parc de l'Île alors que le programme de la journée sera fort chargé.

D'abord, le champion en titre du Challenger de Gatineau, Peter Polansky, affrontera le Japonais Hiroki Moriya en début d'après-midi. Polansky arrive de Winnipeg où il a été finaliste dimanche.

En soirée, Denis Shapovalov, 17 ans et déjà 164e au monde, fera les frais du match principal alors qu'il sera confronté au Britanno-Colombien Philip Bester.

Sept autres Canadiens feront également leurs débuts en simple durant la journée de mardi. Une autre étoile en devenir au tennis au pays, Brayden Schnur a rendez-vous avec l'Américain Bradley Klahn vers 11 h 30. Il devrait être en action à peu près au même moment qu'Aleksandra Wozniak, qui sera sur le court central.

Quart de finaliste au dernier tournoi de Wimbledon chez les filles, Carson Branstine affrontera une autre jeune Canadienne, Anca Craciun en lever de rideau à 10 h.

En début d'après-midi, Filip Peliwo et Layne Sleeth seront à l'oeuvre. Un peu plus tard, les jeunes Benjamin Sigouin (14 h 30) et Carol Zhao (17 h 30) tenteront d'accéder au deuxième tour.

Enfin, la favorite du tournoi, Olivia Rogowska, jouera son premier match contre la « qualifiée » Amy Zhu vers 13 h.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer