Futures de Gatineau: Shapovalov impressionne

La raquette canadienne Denis Shapovalov était partout sur... (Archives Le Droit)

Agrandir

La raquette canadienne Denis Shapovalov était partout sur le terrain lors de sa demi-finale, remportée en deux manches, à tel point que son rival Tim Puetz préférait en rire par moments.

Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les amateurs de tennis de la région d'Ottawa-Gatineau sont gâtés. Ils sont témoins de la naissance d'une autre grande vedette du tennis canadien.

Il y a une dizaine d'années, un jeune Milos Raonic était passé par le « Futures » de Gatineau. Il fait maintenant partie du top-10 mondial.

Depuis deux ans, Gatineau peut suivre l'évolution d'un autre grand talent. Denis Shapovalov avait 16 ans à sa première présence au « Futures » présenté à La Sporthèque. Il était classé 778e au monde et il avait gagné une ronde avant de s'incliner facilement au deuxième tour.

Plus tard à l'été 2016, le champion de Wimbledon junior a gagné une ronde du Masters de Toronto contre Nick Kyrgios, alors 19e au monde. Puis, l'Ontarien de Richmond Hill est revenu à Gatineau, dans un Challenger doté de 75 000 $US en bourses. Il avait alors fait son chemin jusqu'en demi-finale.

Cette semaine, le grand gaucher de 17 ans est débarqué en Outaouais avec le 250e rang mondial dans un tournoi « Futures » doté de 25 000 $US.

En 12 mois, il a gagné 528 rangs. S'il avait subi l'élimination au deuxième tour l'an dernier, Shapovalov a atteint les demi-finales vendredi grâce à sa troisième victoire du tournoi. Il n'a pas battu n'importe qui. Tim Puetz a été champion du Futures de Gatineau en simple et en double en 2013. Et Shapovalov a triomphé de façon spectaculaire en variant ses coups tout en fonçant au filet. Il était partout sur le terrain, si bien que son adversaire âgé de 29 ans a préféré en rire par moments. S'il continue comme ça, l'Ontarien ne repassera plus par le Futures de Gatineau.

En demi-finale

Vendredi, il est passé en demi-finale en deux manches de 6-2 et 6-4. « Je suis capable de mesurer combien je me suis amélioré depuis ma dernière visite à ce tournoi. Je suis tombé assez facilement au deuxième tour l'an dernier. Maintenant, je suis qualifié pour les demi-finales avec une chance d'aller en finale. Je suis impressionné par mon jeu. Je n'ai pas encore perdu un service du tournoi. »

Au service, Shapovalov a été expéditif. Il a accumulé les points rapidement. À l'opposé, Puetz devait trimer dur pour conserver son service. « C'est sûr que je me sens confiant au service. De son côté (Puetz), il a servi pendant de longs jeux. Il a dû se fatiguer et parfois, c'est dur de recevoir les services par la suite. Je savais qu'il était un bon joueur. Il l'a démontré en deuxième manche en réalisant des coups incroyables. Je ne voulais pas savoir son classement avant de l'affronter. Je savais qu'il avait un classement protégé en raison d'une opération à un genou. C'est tout. »

Puetz a déjà occupé le 163e rang mondial en 2015, mais aujourd'hui, il est rendu 597e. À vrai dire, Shapovalov a semblé prendre plaisir à compliquer la vie du vétéran en lui envoyant des lobes ou en lui renvoyant des balles de services avec des revers qui frôlaient les lignes. « Ouais, je dirais que je me suis amusé aujourd'hui », a avoué le jeune coq à la traditionnelle casquette vissée à l'envers.

Sa victoire de vendredi l'assure d'une bourse de 1255 $US et de 10 points ATP. Des points qui pourront lui faire gagner encore quelques rangs sur l'échiquier mondial. Le vainqueur du tournoi empochera 35 points. Le finaliste aura 20 points. En demi-finale samedi (vers 13 h), Shapovalov (2e favori) se frottera au Français Hugo Nys (380e), tombeur du Canadien Filip Peliwo vendredi.

L'autre demi-finale de samedi opposera le favori du tournoi Gleb Sakharov à l'Américain Eric Quigley (11 h). La finale se tiendra dimanche à 13 heures.

Éliminé en double

En double, le jeune duo de Shapovalov et du Québécois Félix Auger-Aliassime était à un point d'accéder à la finale, mais il s'est finalement incliné en trois manches de 5-7, 6-2 et 11-13 contre les Français Grégoire Barrère et Laurent Lokoli.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer