Coupe Davis: blessé, Pospisil joue le héros

Vasek Pospisil a battu Kyle Edmund en trois manches... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Vasek Pospisil a battu Kyle Edmund en trois manches de 6-4, 6-1 et 7-6.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ce qui avait débuté comme une journée inquiétante pour le Canada s'est terminée avec une bonne dose d'espoir en lever de rideau de la Coupe Davis, vendredi, à Ottawa.

Le jeune Denis Shapovalov, âgé de seulement 17 ans, venait de perdre le premier match en trois manches (3-6, 3-6 et 4-6) aux mains de Daniel Evans et la Grande-Bretagne. Puis tôt dans la seconde partie en simple, le meilleur joueur de l'équipe a dû demander un temps d'arrêt pour des raisons médicales.

Vasek Pospisil se plaignait de douleurs à son genou gauche. Une blessure qui l'embêtait depuis quelques jours à l'entraînement.

Vasek Pospisil... (Patrick Woodbury, Le Droit) - image 2.0

Agrandir

Vasek Pospisil

Patrick Woodbury, Le Droit

Le droitier de Vancouver a fini par reprendre l'action, remporter le premier set et éventuellement sa joute contre Kyle Edmund. Une victoire en trois manches (6-4, 6-1 et 7-6) qui a permis au Canada de terminer cette première journée à égalité 1-1 avec l'équipe britannique, largement favorite dans ce premier tour du groupe mondial disputé à l'aréna de la Place TD.

Un gain salué de façon bruyante par la foule de 6962 spectateurs. Certains amateurs s'étaient pointés avec des tambours, d'autres avec des cloches à vache, des drapeaux et même des photos géantes de visages des joueurs canadiens.

Un d'eux ? Petr Pospisil, le frère de Vasek.

« J'ai carburé à l'énergie de la foule », a soutenu le joueur classé 133e au monde. Il était très émotif après sa victoire.

Ce dernier campe le rôle de leader au sein de la formation canadienne en l'absence de Milos Raonic, troisième raquette mondiale. Du même coup, il affrontait un joueur plus fort que lui. Du moins sur papier.

Edmund occupe le 47e rang mondial.

« J'en ai arraché dernièrement (sur le circuit ATP), a avoué Pospisil.

«J'étais un peu fragile au début de ce match-ci, mais par la suite, je me suis mis à jouer de façon incroyable.»

Pospisil, qui a déjà atteint les quarts de finale à Wimbledon en 2015, a expliqué que sa blessure au genou a été la source de ses difficultés à servir au premier set. «Mais une fois que j'ai reçu des soins et que les antidouleurs ont commencé à faire effet, tout allait bien», a-t-il noté.

Un bobo, a-t-il ajouté, qui ne l'empêchera pas de jouer à nouveau durant ce premier tour de la Coupe Davis. Une bonne nouvelle pour le Canada, qui fera appel à ses services à deux autres reprises pendant le week-end.

Un menu chargé

Pospisil sera confronté dimanche en simple à Evans, un autre joueur mieux classé que lui. Puis samedi, ce sera le double en compagnie de Daniel Nestor. Leurs adversaires ? Jamie Murray et Dominic Inglot, qui devraient s'amuser avec leurs puissants services sur la surface rapide de la Place TD.

«Ce sera une partie très serrée entre deux bonnes paires, a prédit le capitaine britannique, Leon Smith. Puis, il s'agira de la 50e ronde de Coupe Davis de Daniel.»

Cette joute sera diffusée en direct à la BBC en Europe. Championne en 2015, la Grande-Bretagne s'attendait à mener 2-0 après les premières parties en simple.

En revanche, le Canada espérait arracher au moins une victoire, a avoué le capitaine Martin Laurendeau. Un gain livré par Pospisil.

«Vasek a eu des petits pépins avec une de ses jambes en début de match, mais il faut lui donner du mérite. Il est resté calme et il n'a jamais paniqué, a souligné l'ancien joueur québécois.

«Denis, c'était un peu un long shot (...) Pas que son style de jeu n'était pas compatible avec celui de son adversaire, mais Daniel (Evans) joue tellement bien dernièrement. Il était en confiance lors des gros points», a ajouté Laurendeau.

Denis Shapovalov... (Patrick Woodbury, Le Droit) - image 3.0

Agrandir

Denis Shapovalov

Patrick Woodbury, Le Droit

Shapovalov pourrait être appelé à jouer les héros pour le Canada. Il doit affronter Edmund, dimanche, dans le cinquième et dernier match du premier tour.

Si le champion junior de Wimbledon en 2016 espère rebondir, il devra corriger un truc. Le gaucher ontarien a commis trop d'erreurs vendredi à sa première sortie.

Shapovalov a effectué 39 fautes directes contre seulement 18 pour Evans. «Il (Denis) m'a donné plusieurs points», a reconnu le joueur britannique en parlant de son jeune adversaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer