Le Canada veut miser sur une foule bruyante à Ottawa

Le maire d'Ottawa, Jim Watson (à droite), se... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Le maire d'Ottawa, Jim Watson (à droite), se réjouit d'accueillir le match de la Coupe Davis qui opposera le Canada (représenté sur la photo par son capitaine Martin Laurendeau et Daniel Nestor) à la Grande-Bretagne.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Daniel Nestor se souvient encore très bien de la dernière fois que la Coupe Davis s'est arrêtée à Ottawa, il y a 22 ans. Le Canada avait vaincu la Jamaïque 5-0 en février 1994, à l'Ottawa Athletic Club. À l'époque, il s'agissait d'un affrontement du groupe II de la zone des Amériques.

Nestor effectuait ses premiers pas à ce tournoi annuel de tennis opposant les meilleures nations au monde. « Ce sera un peu plus difficile cette fois-ci », a lancé en riant le vétéran de l'équipe nationale, mercredi, lors d'un point de presse à l'aréna de la Place TD. Tennis Canada venait de confirmer qu'il avait choisi l'amphithéâtre de la rue Bank pour accueillir les matches du premier tour du groupe mondial, du 3 au 5 février 2017.

Des joutes qui opposeront ses raquettes à celles de la Grande-Bretagne, championne en titre.

« J'espère que nous aurons un appui semblable à celui que le Rouge et Noir obtient durant ses parties locales de football. Nous voulons des partisans bruyants... des partisans durs envers nos adversaires », a ajouté Nestor, détenteur de huit titres en double sur le circuit du Grand Chelem.

Tennis Canada a tenu des joutes de la Coupe Davis ces dernières années à Halifax, Vancouver et Toronto. Ses dirigeants cherchaient à présenter ses matches contre la Grande-Bretagne dans un aréna.

Pourquoi ? « Dans le passé, ce fut très bénéfique de jouer dans de telles conditions. Nous avons perdu très peu », a rappelé le capitaine Martin Laurendeau.

Revenir à Ottawa possédera aussi une signification particulière pour lui. « Ce fut ma première année en tant qu'entraîneur à la Coupe Davis en 1994 après ma retraite en tant que joueur, a-t-il expliqué. Je ne vais jamais oublier ce moment-là. »

Ses patrons ont confirmé qu'une surface dure sera aménagée à la Place TD. « Semblable à celle utilisée lors de la Coupe Rogers », a précisé le vice-président des tournois professionnels de Tennis Canada, Gavin Ziv. Ce dernier a aussi expliqué que l'aréna sera configuré afin d'accueillir entre 7000 à 8000 spectateurs. Les billets seront mis en vente dès le 25 novembre pour les quatre parties en simple et le match en double.

Murray contre Raonic?

L'autre grosse question soulevée durant le point de presse ? Elle touchait la participation des gros noms.

Est-ce que la Grande-Bretagne pourra miser sur Andy Murray ? Et le Canada comptera-t-il sur Milos Raonic ? Les deux joueurs sont classés respectivement premier et quatrième au monde en ce moment. « Je m'attends à ce que tous les meilleurs joueurs se pointent ici afin de jouer pour leur pays, a dit Laurendeau. Les joueurs sont souvent à la recherche de matches de qualité pour bien commencer la saison », a-t-il ajouté.

Les Internationaux d'Australie précéderont justement les joutes de la Coupe Davis. Un type de « deux pour un » très attrayant pour l'élite mondiale. Un qui espère assister à un choc entre Murray et Raonic ? C'est Nestor. « La victoire peut aller d'un bord ou de l'autre. C'est 50-50. Milos excelle sur les surfaces rapides et dures. Puis il a déjà battu Andy par le passé. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer