Doublé de rêve pour Andreescu

Bianca Vanessa Andreescu a empoché 4000$ US grâce... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Bianca Vanessa Andreescu a empoché 4000$ US grâce à sa victoire en simple en sol gatinois.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quelque chose, dans l'air et dans l'eau de l'Outaouais, plaît décidément à Bianca Vanessa Andreescu.

L'été dernier, l'adolescente torontoise était pratiquement inconnue lorsqu'elle s'est présentée au parc de l'Île. Quand elle s'est inclinée dans la grande finale du Challenger Banque Nationale de Gatineau, elle a été chaudement applaudie.

C'était déjà très bien de se rendre jusque-là. Elle avait à peine 15 ans.

Un an plus tard, elle a fait encore mieux. Dimanche, elle a remporté ses deux premiers titres en tant qu'athlète professionnelle.

En début d'après-midi, elle a défait l'Américaine Ellie Halbauer sur le court central pour être sacrée championne du simple féminin.

Elle a pris une pause de quelques minutes, à peine, avant de retourner sur un des terrains secondaires. Là, avec sa partenaire Charlotte Robillard-Millette, elle a gagné la finale du double féminin.

« C'est vraiment incroyable. C'est encore plus incroyable de savoir que ça m'arrive au Canada, chez nous », a-t-elle lancé, surexcitée, au terme de sa deuxième victoire de la journée.

Quelque chose, dans l'air et dans l'eau de l'Outaouais,... (Martin Roy, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Martin Roy, LeDroit

« J'imagine que Gatineau, c'est mon endroit chanceux, a-t-elle rapidement enchaîné. Tout est parfait, ici. Les gens sont gentils. J'ai vraiment du plaisir quand je suis dans cette ville. »

Le tableau féminin du Challenger était assorti cette année d'une bourse de 25 000 $US.

La victoire en simple permet à la jeune Andreescu d'empocher près de 4000 $US. Elle lui permet également d'engranger de précieux points au classement de la WTA.

« Elle représente vraiment l'avenir du tennis au pays », lance avec fierté le Directeur de tournois auprès de Tennis Canada, Richard Quirion.

« Elle a vraiment beaucoup de talent. Elle possède tous les coups. C'est le fun de la voir jouer. Elle a tellement d'entrain. Elle a une attitude très positive. C'est sans doute pourquoi elle est une des favorites de la foule. On risque de la voir percer le top 100 dans les prochaines années. Ses attentes sont probablement plus élevées que ça, mais c'est un bon point de départ. »

Grosse blessure

La jeune femme, qui a passé quelques années en Roumanie durant sa jeunesse, se dit doublement fière d'avoir connu du succès sur les courts gatinois.

Quelques problèmes de santé ont ralenti sa progression dans la dernière année. Le plus sérieux - une fracture de stress au pied gauche - l'a contraint à l'inactivité pendant cinq longs mois.

« J'essayais de me répéter que rien n'arrive par hasard. J'ai essayé d'apprendre le plus de choses possible durant mon absence. Je crois que j'ai réussi. J'ai appris des tas de choses », affirme-t-elle.

« Je suis de retour au jeu depuis deux mois, à peine. Mon but à Gatineau était simplement de jouer le plus grand nombre de matches possible. J'imagine que j'ai atteint cet objectif », ajoute-t-elle.

« En jouant le plus de matches possible, je voulais faire le plein de confiance. C'est réussi, ça aussi. »

Bianca Vanessa Andreescu regarde droit devant. Elle pense déjà aux deux prochains tournois qui sont inscrits à son agenda. Il y aura d'abord les Internationaux junior de Repentigny, à la fin du mois. Elle prendra également part au US Open chez les juniors.

Sa victoire à Gatineau devrait contribuer à rehausser son profil. Contre des joueuses de son âge, on s'attendra à ce qu'elle connaisse du succès.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer