Gatineau attend la sensation Auger-Aliassime

Le jeune Québécois Félix Auger-Aliassime en pleine action,... (David Vincent, AP)

Agrandir

Le jeune Québécois Félix Auger-Aliassime en pleine action, lors de la finale junior de Roland-Garros, dimanche

David Vincent, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les organisateurs du Challenger de Gatineau ont reçu un coup de pouce inespéré afin de mousser la troisième édition du tournoi de tennis international, qui aura lieu dans deux mois au parc de l'Île.

Son nom? Félix Auger-Aliassime. L'ado québécois de 15 ans a failli remporter dimanche la finale de l'épreuve junior du simple masculin de Roland-Garros.

«À moins d'une blessure, il va être ici à Gatineau», souligne le coprésident du Challenger, Mathieu Toupin.

Ce que confirme Tennis Canada, qui a soutenu lundi «qu'il y a effectivement de fortes chances qu'il (Auger-Aliassime) soit à Gatineau».

Un volet masculin doté d'une bourse de 75 000$ a été ajouté au Challenger, qui a été lancé en 2014. Les femmes demeurent toujours à l'horaire de l'événement qui se déroulera du 6 au 14 août.

«Après ce que nous avons vu ce week-end, je suis encore plus excité en vue de notre tournoi. Tout le monde que je croise aujourd'hui à La Sporthèque me parle de Félix, affirme Toupin.

«S'il avait gagné, il serait devenu le plus jeune champion de l'histoire du tournoi junior de Roland-Garros. Il a déjà fait des choses que même Djokovic et Federer n'ont jamais réussies. Il est en train de réécrire l'histoire.»

Toupin connaît bien le joueur. Il a été un des entraîneurs au sein de l'équipe canadienne qui a participé à la Coupe Davis junior en avril en Floride.

«J'ai pu le voir travailler. C'est un jeune qui a du plaisir, qui est poli et qui cherche toujours à obtenir de l'information, qui essaie des choses.»

Auger-Aliassime et ses coéquipiers ont gagné l'édition 2015. Sa feuille de route comprend aussi une victoire en double masculin junior de l'Omnium des États-Unis l'an dernier.

Son partenaire était l'Ontarien Denis Shapovalov, qui s'est incliné en demi-finale à Roland-Garros.

Une autre raquette québécoise, Benjamin Sigouin, a atteint la ronde quart de finale en sol français.

«Shapovalov et Sigouin devraient aussi être à Gatineau. C'est tout un trio canadien. Ça laisse présager un bel avenir», avoue Mathieu Toupin.

Auger-Aliassime fera partie des favoris à la fin du mois lors de l'épreuve junior de Wimbledon.

Cela dit, il n'y aura pas que de jeunes sensations au Challenger en août. Des joueurs du top-100 mondial devraient meubler une partie du tableau principal.

«Soit des joueurs qui sont sur leur lancée, des joueurs qui reviennent de blessures ou d'autres qui sont en perte de vitesse», précise Toupin.

Beaucoup de travail attend l'équipe de l'étape gatinoise dans les prochaines semaines. La recherche de commanditaires se poursuit, tout comme le recrutement de 200 bénévoles et de familles d'accueil.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer