Un prodige tout près de son rêve

L'Américain âgé de 29 ans est classé 451e... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

L'Américain âgé de 29 ans est classé 451e au monde.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Sporthèque de Gatineau fourmille de jeunes raquettes internationales qui veulent gravir les échelons du tennis professionnel cette semaine à son tournoi Futures doté d'une bourse globale de 25 000 $.

Après tout, même le célèbre Canadien Milos Raonic est passé par ce tournoi il n'y a pas si longtemps avant de flirter avec le top-10 mondial depuis deux ans. Sur la planète, des milliers de joueurs se battent pour accéder au top-100 de l'ATP, mais pour y arriver, il faut être talentueux, passionné et avoir les reins solides parce que les premières années chez les professionnels sont éprouvantes sur le plan financier.

L'Américain Alex Kuznetsov en sait quelque chose. À 29 ans, il est un des joueurs les plus âgés aux Futures de Gatineau. Classé 451e au monde, il a atteint les demi-finales jeudi en éliminant son compatriote Eric Quigley, troisième tête de série, 6-0 et 6-4.

Si plusieurs joueurs ont dû abandonner leurs rêves en jeune âge, Kuznetsov peut encore s'accrocher au sien parce qu'il est devenu millionnaire du tennis dès sa sortie des rangs collégiaux. Considéré comme un prodige du tennis américain en pointant au quatrième rang mondial chez les juniors en 2004, Nike lui aurait offert une commandite d'un million $ à son arrivée chez les professionnels.

Le grand droitier au service de feu devient mal à l'aise quand on lui rappelle l'anecdote. «Je préfère ne pas parler de cela», a-t-il indiqué après sa troisième victoire de la semaine.

Promis à un bel avenir, Kuznetsov a rapidement fait face à l'adversité. Il venait de célébrer ses 18 ans quand il a été impliqué dans un grave accident de voiture. Il s'est fracturé le fémur d'une jambe dans sa mésaventure. Il a dû rater une saison complète de tennis. «Le fémur est l'os le plus épais du corps humain. C'est sûr que cette blessure a retardé mon développement», a dit l'Ukrainien d'origine dont la famille a déménagé dans la région de Philadelphie lorsqu'il était âgé de trois ans.

Cette fracture n'a pas aidé, mais il a tout de même atteint le 120e rang mondial en septembre 2013. Installé à Tampa Bay, il s'entraîne régulièrement avec John Ismer et Denis Kudla, deux vedettes du circuit de l'ATP. Mais pour maintenir ou améliorer sa position au classement, il faut gagner souvent et les victoires ne sont pas venues aussi facilement qu'anticipées pendant la carrière de Kuznetsov.

«Je ne suis pas satisfait de mon classement. Au tennis, il n'y a pas un grand écart entre le 100e et le 200e joueur. À part les meilleurs qui trouvent le moyen de gagner tout le temps, le classement varie beaucoup en fonction des performances récentes. J'ai 29 ans et j'ai encore l'impression que je peux encore attendre le top-100 ou mieux. Je suis encore en santé. Je ne me sens pas moins rapide ou moins fort qu'avant. Tout est une question de confiance.»

Kuznetsov adore le tennis. Pendant sa carrière de 12 ans, il a récolté près de 900 000 $ en bourses, tout juste assez pour couvrir les dépenses d'un joueur de haut niveau. «Mon objectif, c'est de ne pas avoir de regrets quand j'aurai terminé de jouer dans un an ou dans cinq ans. Je veux continuer à me battre.»

Kuznetsov tentera d'améliorer son sort en demi-finale samedi en affrontant le Britannique Edward Corrie. Sa tournée canadienne l'amènera ensuite à Sherbrooke et Drummondville dans les prochaines semaines.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer