Tournoi Futures: à Gatineau pour gagner

Stefan Kozlov est à la fois un des plus jeunes et plus prometteurs joueurs de... (Archives, Le Soleil)

Agrandir

Archives, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Stefan Kozlov est à la fois un des plus jeunes et plus prometteurs joueurs de tennis à passer la semaine à la Sporthèque de Hull.

Il n'a pas raté sa rentrée au Tournoi Futures de Gatineau. Il n'a fait qu'une bouchée de son compatriote Andrew Carter dans son match de premier tour, mercredi. 

Kozlov a remporté le premier set 6-1. Puis, au deuxième, Carter a déclaré forfait alors qu'il tirait de l'arrière 0-2.

«Ça n'a pas été un match facile, a déclaré le vainqueur en quittant le court. Le premier set a été plus serré que le score ne l'indique. Il y a eu plusieurs longs échanges...»

L'Américain de 18 ans crache rapidement le morceau. Il n'est pas venu à Gatineau pour découvrir les joies de l'hiver canadien.

«Je suis arrivé il y a quelques jours parce que je voulais bien m'adapter au climat. Je ne suis jamais venu au Canada à cette période de l'année. Mais je sais que je suis capable de faire un grand bout de chemin dans ce tournoi.»

Kozlov est originaire de la Macédoine. Son père Andreï, un ancien joueur professionnel, s'est installé en Floride il y a plusieurs années dans le but d'ouvrir une école de tennis.

C'est là que le jeune Stefan a été formé.

Celui qui occupe actuellement le 337e rang au monde est débarqué en Outaouais gonflé de confiance. Il a remporté un tournoi de Futures à Los Angeles en janvier. En finale, il a vaincu le Canadien Philip Bester. Ce dernier occupe le 160e rang mondial. Il a près d'une décennie d'expérience de plus que lui sur le circuit professionnel.

«J'espère que les autres joueurs me connaissent maintenant. Je ne sais pas trop ce qu'ils pensent de moi, mais ils me connaissent sûrement.»

Kozlov a de très hautes ambitions pour la saison 2016. Il aimerait gravir près de 200 échelons et effectuer une percée parmi les 150 meilleurs sur la planète. «Ça se fait, assure-t-il. Suffit de gagner. Beaucoup.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer