Premier podium pour Guay depuis 2010

Erik Guay s'est hissé au 3e rang du... (Alberto Pizzoli, AFP)

Agrandir

Erik Guay s'est hissé au 3e rang du super-G à Val Gardena.

Alberto Pizzoli, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Delbès
La Presse Canadienne

Sur une piste qu'il affectionne depuis longtemps, Erik Guay a eu la confirmation que tous ses efforts déployés à l'entraînement ces derniers mois n'ont pas été vains. Le vétéran skieur de Mont-Tremblant s'est classé troisième du super-G à Val Gardena, le 24e podium de sa carrière au circuit de la Coupe du monde de ski alpin.

Et à 35 ans, cette performance l'a également rassuré, confirmant qu'il est toujours capable de rivaliser avec les meilleurs.

Guay n'avait pas monté sur le podium en super-G depuis décembre 2010, justement une troisième place à Val Gardena. Et il a fallu les intouchables Norvégiens Kjetil Jansrud et Aleksander Aamodt Kilde pour le priver d'un meilleur résultat.

Meneur provisoire après être parti avec le dossard numéro 10, il était visiblement soulagé dans l'aire d'arrivée quand il a vu l'autre « Viking », Aksel Lund Svindal, commettre une faute qui l'a éliminé de la course. Kilde et Jansrud l'avaient auparavant relégué au troisième rang.

« Ça fait du bien d'être de retour sur le podium et non 4e, a reconnu Guay en conférence téléphonique depuis Val Gardena. Je savais que j'avais réalisé une bonne descente et que j'étais dans le coup pour un podium. Mais le fait d'avoir été délogé par Kilde et ensuite par Jansrud, j'avais un petit doute quand Aksel (Lund Svindal) a pris le départ. Mais j'ai rapidement vu qu'il a perdu du temps en milieu de parcours. Et finalement, le 4e - l'Autrichien Matthias Mayer - a terminé avec un bon écart de trois dixièmes. »

Guay a franchi l'arrivée à 13 centièmes de seconde de Jansrud, champion olympique. Avec ce doublé, les Norvégiens ont poursuivi leur domination des épreuves de vitesse cette saison. L'armada norvégienne avait réalisé un triplé l'an dernier à Val Gardena.

Auteur du sixième podium de sa carrière dans la station des Dolomites, Guay a reconnu qu'il se sent toujours très à l'aise sur ce parcours.

« Dès le moment où je suis dans le portillon de départ, je sais que j'ai de bonnes chances de bien faire ici. J'y ai obtenu de bons résultats très tôt dans ma carrière. C'est une piste où il y a beaucoup de changements de direction, des sauts et des bosses. J'ai pu attaquer à fond, ce qui convient à mon style. »

Il doit également une fière chandelle à son coéquipier Dustin Cook, de Lac-Sainte-Marie, impressionnant sixième de l'épreuve.

« Je veux le remercier, car il m'a fait un rapport du parcours avant ma descente - Cook était le cinquième à s'élancer en piste. Ça m'a mis en confiance. Il m'a dit qu'il n'y avait pas de pièges et que je pouvais y aller à fond. »

Épargné par les blessures la saison passée, Guay a été en mesure de mettre les bouchées doubles à l'entraînement ces derniers mois et il en récolte les dividendes.

« Pour la première fois depuis longtemps, j'ai pu m'entraîner comme je le voulais cet été, autant en gymnase qu'en ski. Ça porte fruit. C'est une belle façon d'entreprendre la saison. »

Cook, médaillé d'argent en super-G aux Championnats du monde de 2015, a terminé à moins d'une seconde du podium, un résultat très encourageant pour celui qui a été ennuyé par une blessure l'an dernier.

« Ça fait vraiment du bien d'être de retour en piste, a-t-il confié. C'est ce que je vise, et ce sur quoi je travaille depuis ma blessure la saison dernière. C'est génial d'y parvenir à seulement ma deuxième course, et de terminer dans le top-10. Ça me donne une bonne dose de confiance pour le reste de la saison. »

Sandro Viletta, champion olympique du combiné, a été héliporté vers un hôpital local après une chute. On ignorait après l'épreuve la nature des blessures du Suisse.

Manuel Osborne-Paradis, de Vancouver, a pris le 26e rang et Erik Read, de Calgary, le 57e échelon.

Depuis la saison 2012-13, les skieurs norvégiens ont enlevé 16 des 27 épreuves de super-G au circuit de la Coupe du monde.

Pour Jansrud, vainqueur du super-G aux Jeux de Sotchi, il s'agit d'une 17e victoire en carrière.

Samedi, la descente aura lieu et l'Américain Steven Nyman, 25e du super-G, tentera d'égaler la légende autrichienne Franz Klammer et l'Italien Kristian Ghedina avec une quatrième victoire à Val Gardena. Mais les Norvégiens font de nouveau figure de favoris.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer