Coupe du monde de ski de fond: Gatineau devra patienter

Les sprints de la Coupe du monde présentés... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

Les sprints de la Coupe du monde présentés l'hiver dernier à Gatineau étaient la première des huit étapes du Ski Tour Canada. Plus de 150 skieurs provenant de 25 pays ont pris le départ de la course.

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Gatineau pourrait devoir patienter plus longtemps que prévu avant d'obtenir à nouveau une épreuve de la Coupe du monde de ski de fond.

Des discussions auraient été entamées au sein de la Fédération internationale de ski (FIS) afin de présenter des courses en Amérique du Nord en 2019. Les noms des villes de Chicago et de New York reviennent sur le tapis.

Le Canada serait aussi ciblé pour accueillir les meilleurs fondeurs au monde.

Le hic ?

Les dates ciblées. Pour l'instant, ces épreuves pourraient se dérouler au mois de décembre, chuchote-t-on en coulisse.

Si c'est le cas, Gatineau ne sera pas dans le coup, elle qui a accueilli une épreuve de sprints de la Coupe du monde en mars dernier au parc Jacques-Cartier. « Bien entendu, nous voulons toujours obtenir une autre chance, a avoué au Droit le président du comité organisateur de cet événement, Claude Laramée.

« Mais les dates qui circulent ne favorisent pas notre région en raison du climat. Il peut faire autant moins-20 degrés Celsius en décembre ici que plus-20 degrés, si nous nous fions aux dernières années (...) Ce n'est pas la bonne fenêtre pour nous. »

Laramée insiste sur un point. Que ses collègues et lui vont «toujours être aux aguets» afin d'attirer des événements en Outaouais.

La région présente déjà chaque année la Gatineau Loppet de même que le Marathon canadien de ski. Et s'avère depuis une décennie la terre d'accueil des championnats canadiens de l'Est.

Les sprints de la Coupe du monde présentés l'hiver dernier à Gatineau étaient la première des huit étapes du Ski Tour Canada. Plus de 150 skieurs provenant de 25 pays ont pris le départ de la course, dont plusieurs vedettes norvégiennes, russes, françaises et finlandaises.

La venue de l'élite mondiale en Outaouais venait concrétiser un projet qui était sur la table depuis une dizaine d'années. Des acteurs locaux, dont Laramée, avaient tenté d'attirer une épreuve de la CDM lors de la saison 2005-2006.

Mais Ski de fond Canada avait préféré à l'époque se tourner vers Vernon, en Colombie-Britannique, et Canmore, en Alberta.

Tout ce monde est revenu à la charge en 2013 lorsque l'idée d'un Tour de ski en Amérique du Nord circulait. À l'époque, New York et Chicago étaient mentionnés.

C'est pourquoi ces villes seraient à nouveau sur le radar en vue de 2019.

Pour l'instant, la FIS ne favoriserait pas le retour d'un tour de ski sur le continent américain, seulement quelques courses ici et là. « Ce fut difficile pour les athlètes qui arrivaient de l'Europe. Ils ont dû vivre avec un premier décalage de six heures en arrivant ici, puis un autre de deux heures lorsque la compétition s'est poursuivie dans l'Ouest canadien », a rappelé Claude Laramée.

« Donc, je ne suis pas certain que nous allons revoir un tour pancanadien de huit étapes en 12 jours comme nous l'avons connu. Peut-être que tu pourrais voir éventuellement quatre ou cinq épreuves dans l'est ou l'ouest du pays. »

D'ici quelques semaines, le comité organisateur de l'étape gatinoise du Ski Tour Canada devrait dévoiler le bilan financier de cette première aventure en CDM. De bonnes nouvelles seraient communiquées à ses divers partenaires.

« Il n'y a pas de déficit », a assuré Laramée, laissant entendre qu'un surplus serait annoncé.

« Les sous qui vont être disponibles seront réinvestis dans le ski de fond local... dans les athlètes, les officiels, les installations et l'équipement », a-t-il précisé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer